Culture

Aux États-Unis, vous avez plus de chances de rencontrer un Michael Myers qu'un Freddy Krueger

Temps de lecture : 2 min

Spooky Empire's Ultimate Halloween Horror Weekend 2014. Amateur photography by Michel via Flickr CC License by
Spooky Empire's Ultimate Halloween Horror Weekend 2014. Amateur photography by Michel via Flickr CC License by

Aux Etats-Unis, on peut croiser tous les jours l’homonyme d’un psychopathe de film d’horreur sans le savoir. Pour Halloween, le site Whitepages (l’équivalent de nos pages blanches) a dévoilé la liste des treize noms de personnages, auteurs et réalisateurs de films d’horreur les plus portés dans le pays, rapporte PRweb.

Michael Myers, le tueur masqué de la série de films Halloween, occupe la première place. Ils sont 4,282 à s’appeler comme lui, dont une bonne partie qui résident dans l’Ohio. Les Michael Myers sont suivis par 2.068 Stephen King, et sont à peu près 44 fois plus nombreux que les Norman Bates, le tueur fou de Psychose, qui n’a que 96 homonymes.

Les Freddy Krueger (la série des Freddy) sont encore plus rares: cinq sur tous les Etats-Unis, dont deux dans l’Etat de Washington. Il est donc plus probable de rencontrer au pays de l’Oncle Sam une des 30 personnes nommées Jason Voorhees, comme le meurtrier au masque de hockey de Vendredi 13.

Slate.fr

Newsletters

Captain America a-t-il changé le cours de la Seconde Guerre mondiale?

Captain America a-t-il changé le cours de la Seconde Guerre mondiale?

Dans des États-Unis encore attachés à la neutralité au début du conflit, Captain America, Superman ou encore Wonder Woman ont vite choisi leur camp.

L’histoire dingue de Threatin, le groupe qui a berné tout le monde (même ses musiciens)

L’histoire dingue de Threatin, le groupe qui a berné tout le monde (même ses musiciens)

Faux label, faux achats de places de concerts, faux tourneur, fausse notoriété sur les réseaux sociaux… L’affaire Threatin a secoué le petit monde de la musique outre-Manche.

Le deuil solaire d'«Amanda», un chemin vers ce qui viendra

Le deuil solaire d'«Amanda», un chemin vers ce qui viendra

Le troisième film de Mikhaël Hers accompagne avec délicatesse la traversée d’une tragédie par un couple enfant-adulte qui y trouve comment s’inventer.

Newsletters