Culture

Aux États-Unis, vous avez plus de chances de rencontrer un Michael Myers qu'un Freddy Krueger

Temps de lecture : 2 min

Spooky Empire's Ultimate Halloween Horror Weekend 2014. Amateur photography by Michel via Flickr CC License by
Spooky Empire's Ultimate Halloween Horror Weekend 2014. Amateur photography by Michel via Flickr CC License by

Aux Etats-Unis, on peut croiser tous les jours l’homonyme d’un psychopathe de film d’horreur sans le savoir. Pour Halloween, le site Whitepages (l’équivalent de nos pages blanches) a dévoilé la liste des treize noms de personnages, auteurs et réalisateurs de films d’horreur les plus portés dans le pays, rapporte PRweb.

Michael Myers, le tueur masqué de la série de films Halloween, occupe la première place. Ils sont 4,282 à s’appeler comme lui, dont une bonne partie qui résident dans l’Ohio. Les Michael Myers sont suivis par 2.068 Stephen King, et sont à peu près 44 fois plus nombreux que les Norman Bates, le tueur fou de Psychose, qui n’a que 96 homonymes.

Les Freddy Krueger (la série des Freddy) sont encore plus rares: cinq sur tous les Etats-Unis, dont deux dans l’Etat de Washington. Il est donc plus probable de rencontrer au pays de l’Oncle Sam une des 30 personnes nommées Jason Voorhees, comme le meurtrier au masque de hockey de Vendredi 13.

Newsletters

Pourquoi le premier épisode de Buffy est toujours parfait (ou presque)

Pourquoi le premier épisode de Buffy est toujours parfait (ou presque)

Ça fait 23 ans que le pilote de Buffy contre les vampires a été diffusé à la télévision américaine. En France, on l'a découvert en 1998 sur M6 pendant la «Trilogie du samedi». Pour ce hors-série de Peak TV, retour sur un premier épisode...

«Tout simplement noir», pour rire de l'infernal chaudron identitaire

«Tout simplement noir», pour rire de l'infernal chaudron identitaire

La comédie de Jean-Pascal Zadi et John Wax convie un grand nombre de têtes d'affiche issues des dites «minorités visibles» pour interroger les impasses du communautarisme.

Les fans de films d'horreur semblaient mieux préparés à la pandémie de Covid-19

Les fans de films d'horreur semblaient mieux préparés à la pandémie de Covid-19

Maîtriser la peur n'a pas été difficile pour ces adeptes des frissons.

Newsletters