Halloween contre les 1%: quand la chasse aux bonbons vire à la lutte des classes

Halloween Pumpkins / Justin via FlickrCC License by

Halloween Pumpkins / Justin via FlickrCC License by

De riches Américains s'émeuvent que des gamins des quartiers pauvres débarquent pour demander des bonbons alors que bon, quand même, ils paient déjà beaucoup d'impôts...

Aux Etats-Unis pour Halloween, il arrive souvent que des groupes d’enfants de quartiers pauvres viennent dans les quartiers plus aisés pour sonner aux portes et demander des bonbons. Or certains résidents n’apprécient pas que des enfants inconnus débarquent dans leurs rues arborées pour s’adonner au traditionnel «trick or treat» («des bonbons ou la vie», comme on dit maintenant en France).

La semaine dernière, un internaute anonyme qui vit «dans un des quartiers les plus riches du pays» a fait part de son questionnement à Dear Prudence, la chroniqueuse de Slate.com qui aide les gens à résoudre leurs dilemmes éthiques.

«Les enfants arrivent des quartiers pauvres dans des voitures pleines à craquer. Je trouve ça gênant. Halloween n’est pas un service social ou une oeuvre de bienfaisance. Je ne comprends pas pourquoi je devrais être obligé d'acheter des bonbons pour les enfants de milieu modeste», a écrit le lecteur, qui signe sous le pseudo «Halloween pour les 99%», en référence au slogan d’Occupy Wall Street. 

 

«Evidemment, je me sens complètement égoïste de poser cette question, parce qu’au fond, en ce jour de fête, pourquoi ne pas rendre ces enfants heureux? Mais ça me gêne quand même, parce que nous payons déjà des impôts très élevés pour financer les services sociaux. Halloween doit-il être une activité réservée aux résidents d'un même quartier, ou est-il légitime que des outsiders se déplacent pour accéder aux meilleurs territoires à bonbons?»

La chroniqueuse de Slate.com lui a répondu ainsi

«Après avoir lu votre question, j'ai presque envie que les enfants des quartiers défavorisés debarquent chez vous en brandissant des fourches. Arrêtez un peu d'être si dur et pingre. Allez au supermarché et achetez des bonbons pour ces enfants qui viennent une fois par an dans votre quartier pour voir comment vivent les 1%.»

Cet internaute riche et anonyme n'est pas le seul à déplorer ce phénomène: dans un forum de résidents de Palo Alto, où vit le fondateur de Facebook Mark Zuckerberg, plusieurs habitants se plaignaient récemment de ces invasions de jeunes venus d'ailleurs. Ils arrivent «par camionnettes entières», et ce sont souvent des ados «même pas déguisés», voire des adultes, regrettent les membres du forum. Dans ce contexte, certains résidents décident de ne pas rester à la maison pour Halloween, ou éteignent les lumières pour ne pas être détectés.

Bien qu'il ne soit pas le seul à critiquer ces pratiques, «Halloween pour les 99%» est rapidement devenu une des personnes les plus détestées d'Internet

Certains médias ont pris le débat très au sérieux: dans The Oregonian, un chroniqueur explique que cette discussion est plus importante qu'il n'y paraît, dans la mesure où les inégalités sont liées au manque d'empathie pour les moins fortunés. Plus les inégalités sont grandes, moins les riches arrivent à s'identifier aux pauvres et à s'intéresser à leurs problèmes. Et dans les sociétés moins inégalitaires, les gens ont plus tendance à faire confiance aux personnes qu'ils ne connaissent pas...

Partager cet article