Culture

Le Président des clowns sort, enfin, de son silence

Temps de lecture : 2 min

Tears of a Clown/Feans via Flickr CC licence by

Face à l’hystérie grandissante autour des clowns, accrue ces dernières semaines à la faveur d’évènements néfastes, Randy Christensen, président de la World Clown Association (WCA), lui-même clown de son état, sort de son silence, et confie son message d’amour au site Vulture.

Ce clown au CV impressionnant (Master Clown WCA 2011, Clown Ministry Director et invité vedette de la Midwest Clown Association Convention de 2012, dans l’Iowa), prend la chose fort au sérieux et tient à rappeler ce qui fait les valeurs essentielles du clown en cette veille d'Halloween (période funeste s’il en est pour la profession).

Conscient de la peur qui accompagne souvent la vue d’un clown, il n’hésite pas à faire part de ses difficultés:

«Nous comprenons qu'il y a un genre "horreur” et que certaines personnes aiment avoir peur, mais notre but n'est pas de provoquer les cris. Notre but est de provoquer les rires et les sourires.»

Mais pour lui, il faut être clair, les autres clowns, ceux qui suscitent la peur, ne sont pas de vrais clowns:

«Ils envahissent l’espace des gens pour choquer.»

Et d’insister avec force d’exemple:

«Si vous aviez un médecin dans une maison hantée, debout, avec une tronçonneuse à la main, vous comprendriez qu’il n’est pas vraiment un médecin.»

Mais il préfère être fidèle aux valeurs des clowns:

«Je préfère rire. Je préfère m’amuser. Voilà ce que fait un vrai clown.»

Newsletters

À Cannes, deux récits décevants sur le 13-Novembre

À Cannes, deux récits décevants sur le 13-Novembre

Présentés au Festival de Cannes, «Revoir Paris» et «Novembre» abordent les attentats de novembre 2015. Mais à force de marcher sur des œufs, les deux récits nous laissent sur notre faim.

Festival de Cannes, jour 8: «De humani corporis fabrica», à corps perçus

Festival de Cannes, jour 8: «De humani corporis fabrica», à corps perçus

Entièrement tourné à l'hôpital, le film de Lucien Castaing-Taylor et Véréna Paravel invente de nouvelles possibilités de voir ce qu'est chacun de nous, physiquement et comme être social, grâce à des approches inédites et à un sens fulgurant de la beauté.

«Les Crimes du futur» de Cronenberg n'est pas le choc annoncé

«Les Crimes du futur» de Cronenberg n'est pas le choc annoncé

Loin des rumeurs de film scandaleux, le nouveau film de David Cronenberg est une œuvre de science-fiction plutôt méditative… et incomplète.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio