Culture

Le Président des clowns sort, enfin, de son silence

Temps de lecture : 2 min

Tears of a Clown/Feans via Flickr CC licence by

Face à l’hystérie grandissante autour des clowns, accrue ces dernières semaines à la faveur d’évènements néfastes, Randy Christensen, président de la World Clown Association (WCA), lui-même clown de son état, sort de son silence, et confie son message d’amour au site Vulture.

Ce clown au CV impressionnant (Master Clown WCA 2011, Clown Ministry Director et invité vedette de la Midwest Clown Association Convention de 2012, dans l’Iowa), prend la chose fort au sérieux et tient à rappeler ce qui fait les valeurs essentielles du clown en cette veille d'Halloween (période funeste s’il en est pour la profession).

Conscient de la peur qui accompagne souvent la vue d’un clown, il n’hésite pas à faire part de ses difficultés:

«Nous comprenons qu'il y a un genre "horreur” et que certaines personnes aiment avoir peur, mais notre but n'est pas de provoquer les cris. Notre but est de provoquer les rires et les sourires.»

Mais pour lui, il faut être clair, les autres clowns, ceux qui suscitent la peur, ne sont pas de vrais clowns:

«Ils envahissent l’espace des gens pour choquer.»

Et d’insister avec force d’exemple:

«Si vous aviez un médecin dans une maison hantée, debout, avec une tronçonneuse à la main, vous comprendriez qu’il n’est pas vraiment un médecin.»

Mais il préfère être fidèle aux valeurs des clowns:

«Je préfère rire. Je préfère m’amuser. Voilà ce que fait un vrai clown.»

Slate.fr

Newsletters

Enfant, je redoutais la fin de «Quitte ou double» présentée par Zappy Max

Enfant, je redoutais la fin de «Quitte ou double» présentée par Zappy Max

Inévitablement liée au souvenir sonore de son «Quitte ou double» lancé avec enthousiasme, la mort de l'animateur éveille en moi un autre et terrible souvenir.

Tolkien ne serait pas devenu Tolkien sans Oxford

Tolkien ne serait pas devenu Tolkien sans Oxford

J. R. R. Tolkien a passé cinquante ans à Oxford. Le biopic de l'écrivain, en salle ce 19 juin, revient sur ses années d'étudiant dans la cité universitaire, décisives dans l'invention de son univers.

Avec «Le Daim», à délirant, délirante et demie

Avec «Le Daim», à délirant, délirante et demie

Le nouveau film de Quentin Dupieux fabrique une fable absurde autour d'un serial killer obsessionnel et givré, invention nourrie d'une autre folie moins improbable, la pulsion créatrice.

Newsletters