Culture / Économie

Dans le Bronx, il n'y a qu'une librairie pour plus d'un million d'habitants (et elle va probablement bientôt disparaître)

Temps de lecture : 2 min

Le Barnes and Noble du Bronx, en 2010. REUTERS/Jessica Rinaldi
Le Barnes and Noble du Bronx, en 2010. REUTERS/Jessica Rinaldi

L'unique librairie du Bronx, une branche locale de la chaîne Barnes & Noble, a failli fermer cette semaine. Le mercredi 22 octobre, la presse avait annoncé la disparition imminente de la librairie, qui fait aussi café.

Cette nouvelle était particulièrement tragique, écrivait Brian O'Connor dans The New Republic, car elle semblait confirmer que le Bronx est bien «un désert culturel».

Après des pressions exercées par le président de l'arrondissement, un compromis de dernière minute a pu être négocié entre la chaîne et le propriétaire de l'immeuble, qui a accepté de prolonger le bail sans augmenter le loyer.

Pendant deux ans de plus, les 1,4 million d'habitants du Bronx auront encore une librairie.

«N'oubliez pas que c'est plus qu'une librairie», avait déclaré Ruben Diaz Jr., le président du district. «C'est un endroit où les jeunes peuvent lire, élargir leurs horizons, faire leurs devoirs.»

Malgré quelques signes de revitalisation et un regain d'intérêt de la part de certains investisseurs, le Bronx demeure le comté urbain le plus pauvre des Etats-Unis. Ceci dit, la librairie Barnes & Noble n'était pas menacée par la pauvreté, mais par l'augmentation des loyers. Plusieurs nouveaux centres commerciaux ont ouvert dans les alentours, et le propriétaire avait trouvé des locataires qui acceptaient de payer davantage que la librairie. A Manhattan aussi, la chaîne a récemment fermé plusieurs branches.

Dans les années 1990, un élu local avait mené campagne pendant trois ans pour convaincre la chaîne de venir dans le Bronx, à un moment où le taux de criminalité y était beaucoup plus élevé qu'aujourd'hui. Il avait lancé des pétitions, fait des conférences de presse, et était même passé aux insultes en rebaptisant la chaîne Barnes & Ignoble. La librairie a finalement ouvert en 1999. La seule autre librairie indépendante, fondée en 1970 et disparue en 2008, était située à Riverdale, un quartier aisé à la frontière nord du Bronx, un secteur socio-économiquement très différent du reste de l'arrondissement.

En 2007, une enseignante à la retraite avait aussi ouvert Books in the Hood (Livres dans le ghetto), une petite librairie et centre culturel dans le sud du Bronx. Mais la boutique a dû fermer quatre ans plus tard pour cause de problèmes financiers...

Newsletters

Il y a trente ans, Nirvana faisait entrer l'underground dans le mainstream

Il y a trente ans, Nirvana faisait entrer l'underground dans le mainstream

«Nevermind» ne s'est pas fait sans quelques trahisons à l'esprit et aux préceptes punk si chers aux trois musiciens.

James Bond se comportait comme un violeur dans ses premiers films, estime le réalisateur de «Mourir peut attendre»

James Bond se comportait comme un violeur dans ses premiers films, estime le réalisateur de «Mourir peut attendre»

Cary Fukunaga fait notamment référence à une scène d'«Opération Tonnerre», sorti en 1965.

MC Solaar est à la fois prose et combat

MC Solaar est à la fois prose et combat

Depuis des années, il incarne un rap doux et intelligible qui prône la concorde. Mais en grattant la surface, on découvre un artiste bien plus multiple et frontal qu'il n'y paraît. Rencontre avec un homme perché et peu enclin à la nostalgie.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio