France

La carte des clowns menaçants signalés et interpellés en France

Temps de lecture : 2 min

Les clowns qui font peur aux riverains ou aux enfants aux abords des écoles déclenchent une avalanche de réactions: signalements, plaintes et désormais groupes et pages Facebook pour les identifier, les dissuader d'agir ou même, les chasser.

Si vous avez raté les épisodes précédents, rappelons que des individus souvent jeunes, déguisés en clowns, s'amusent à effrayer la population, certains avec une arme ou même une tronçonneuse, selon les témoignages d'enfants.

Le phénomène a démarré dans le Nord de la France, dans plusieurs communes autour de Béthune et de Douai, et semble s'être propagé en Alsace. Bien que parler d'épidémie ou de propagation soit peut-être excessif: la légende urbaine a pris le pas sur les cas réellement observés.

Car à l'origine du phénomène, il y a une vidéo virale, postée en juin, dans laquelle un homme s'amuse à effrayer les passants (même si l'association clown-horreur a été poussée au-delà de toute limite dans la série “Il” est revenu, adaptée du roman de Stephen King).

Comme le précise la police nationale dans un communiqué (posté sur Facebook pour toucher sa cible), «seules quelques apparitions de personnes déguisées en clown s'amusant à effrayer des passants ont été recensées». Pour autant, poursuit le communiqué, «toute personne, clowns agressifs ou chasseurs de clowns, découverte en possession d'une arme (marteau, couteau...) sur la voie publique, sera interpellée et pourra faire l'objet d'une garde à vue par les services de police».

Nous avons dressé sur cette carte les principaux faits signalés à la police, et les rares interpellations réalisés. Tremblez, clowns menaçants: Google Map vous surveille, et la peur va changer de camp...

Newsletters

Retrait des voyageurs

Retrait des voyageurs

Site classé

Site classé

Jacques Chirac, l'homme qui n'assumait pas d'être de droite

Jacques Chirac, l'homme qui n'assumait pas d'être de droite

On a voulu faire passer l'ancien président pour un radical de Corrèze mais son inconscient est de droite. Pour le meilleur et pour le pire.

Newsletters