Culture

Un restaurateur pense être le propriétaire du diner qui a inspiré «Nighhawks», le tableau d'Edward Hopper

Temps de lecture : 2 min

«Nighthawks», 1942. Edward Hopper [Public domain], via Wikimedia Commons License by
«Nighthawks», 1942. Edward Hopper [Public domain], via Wikimedia Commons License by

Les amateurs d’Edward Hopper n’ont jamais vraiment arrêté de chercher le diner de Nighthawks, oeuvre peinte par l’artiste en 1942. Un restaurateur de Greenwich Village, à New York, est désormais persuadé qu’il s’agit de son établissement, le Classic Café, rapporte NBC.

Ce dernier a récemment ouvert au croisement des rues Greenwich et Christopher. En cela, il correspond à la description donnée par Edward Hopper, selon l’Art Institute de Chicago, du lieu qui a inspiré sa peinture:

«Un restaurant sur Greenwich avenue, où deux rues se rencontrent.»

Le peintre n’en a jamais donné la localisation précise. Et le restaurateur n’avait pas fait le rapprochement, jusqu’à ce que, la semaine dernière, un client du restaurant lui fasse remarquer certaines ressemblances entre la peinture et le bâtiment: les fenêtres, la vue, le design du coin.

Le patron du restaurant souhaite désormais renommer son établissement en lui attribuant le nom du célèbre tableau. Il affirme pour cela avoir fait des recherches et rempli les papiers légaux.

Auparavant, d’autres édifices du quartier ont déjà été envisagés comme pouvant correspondre à la description donnée par l’artiste, dont au moins trois sur Greenwich avenue. La croyance a longtemps persisté à propos d’un bâtiment situé au croisement de cette avenue, de la 11e et de la 7e. En 2010, l’auteur du blog Vanishing New York, Jeremiah Moss, avait mené l’enquête pour retrouver le restaurant, après un commentaire d’un de ses lecteurs l’informant que ce bâtiment était en réalité une station essence et non un diner entre les années 1930 et 1970. A son grand regret, il avait fini par conclure que l’établissement du tableau n’existait pas.

Le conservateur du Whitney Museum, où se trouve le tableau, aurait tendance à rejoindre cet avis, puisqu’il déclare à NBC:

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

«Il y avait trois coins sur Greenwich Avenue, pas Greenwich Street, où Hopper se promenait souvent, qui avaient à peu près le même profil que le diner de “Nighthawks”, et je pense qu’ils ont été son inspiration de manière générale, comme l’a été l’extrémité du Flatiron building.»

Newsletters

«Irma Vep»: pourquoi y a-t-il des séries au Festival de Cannes?

«Irma Vep»: pourquoi y a-t-il des séries au Festival de Cannes?

Nous avons rencontré Olivier Assayas, le réalisateur de la dernière série en date à être présentée au Festival de Cannes.

Festival de Cannes, jour 11: «Stars at Noon» et «Pacifiction», juste avant l'ouragan

Festival de Cannes, jour 11: «Stars at Noon» et «Pacifiction», juste avant l'ouragan

Le film de Claire Denis et celui d'Albert Serra inventent chacun un univers torride et troublant, aux franges du thriller politique, de l'espionnage et du fantastique, qui donnent de manière chaque fois singulière son véritable sens à l'idée de cinéma queer.

Comment filmer les féminicides?

Comment filmer les féminicides?

Entre «La Nuit du 12», «Les Nuits de Mashhad» et «Riposte féministe», tous trois présentés au Festival de Cannes, plusieurs visions et représentations de la violence sexiste s'opposent.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio