Monde

Laissez-moi sous un arbre: le cimetière Trunyan à Bali

Temps de lecture : 2 min

Les corps ne sont pas enterrés, ils sont laissés à l'air libre.

Le cimetière en question, en 2012 par Yusuf IJsseldijk  | FlickR licence cc by

Dans le village traditionnel de Trunyan, à Bali, les morts ne sont pas enterrés. Ils ne sont pas incinérés ou brûlés sur un bûcher, ou, comme dans le cas des Zoroastriens, hissés en haut d'une colline pour être dévorés par des vautours. Ils sont simplement allongés au sol, abandonnés à la pourriture.

Le cimetière de Trunyan, accessible uniquement par bateau après une traversée du lac Batur, contient 11 cages de bambou, construites en forme de prismes triangulaires. Quand l'un des membres du village meurt, son corps –enroulé dans des habits blancs, la tête exposée– est placé dans l'une de ces cages.

Quand ces dernières sont pleines, le corps qui y est resté le plus longtemps est enlevé, afin de faire de la place au prochain occupant. Les restes du précédent résident sont placés sur une pile, avec tous les autres corps déjà éjectés par de nouveaux arrivants, jusqu'à ce que toute la chair, la graisse et les muscles soient décomposés.

Quand les os sont tout ce qui reste d'un villageois décédé, le crâne est ajouté à la rangée qui y est consacrée, toujours plus longue, derrière un grand arbre Taru Menyan.

L'arbre n'est pas seulement décoratif, la fragrance agréable, proche de l'encens, qui se dégage de ses feuilles aide à neutraliser l'odeur des corps en décomposition.

Photo:Yusuf IJsseldijk/Creative Commons

Newsletters

La récession est-elle si grave?

La récession est-elle si grave?

Alors que les perspectives économiques n'ont jamais paru aussi sombres, une part des économistes restent optimistes.

La jeunesse thaïlandaise brave la loi et ose critiquer son roi

La jeunesse thaïlandaise brave la loi et ose critiquer son roi

Des manifestations étudiantes remettant en question la monarchie agitent le pays d'Asie du Sud-Est depuis plusieurs semaines.

«Pourquoi doit-on deviner qui veut nous tuer à chaque fois?»

«Pourquoi doit-on deviner qui veut nous tuer à chaque fois?»

Le jour où le port de Beyrouth a été soufflé, raconté par les habitants de la capitale du Liban. Témoignage d'Anthony Semaan, 34 ans, libanais, quartier de Gemmayzeh.

Newsletters