Culture / Slatissime

Pia Wüstenberg, la designeuse qui a séduit le Premier ministre britannique

Temps de lecture : 2 min

Pia & Moritz Wüstenberg, Utopia & Utility
Pia & Moritz Wüstenberg, Utopia & Utility

Elle capture la lumière, s'inspire de la nature, invente de nouvelles fonctions aux objets et prône la coexistence de l'utopie et de l'utile: à Londres, où Pia Wüstenberg est basée, la formule a séduit le Premier ministre britannique. Trois de ses Stackings Vessels trônent désormais dans le salon de réception du 10, Downing Street.

Pia & Moritz Wüstenberg, Utopia & Utility

La designeuse allemande a récemment décliné, avec son vocabulaire artistique et ses outils, le profil d'oiseau aux lignes simples, cher au design et à l'artisanat scandinaves. Les contours de sa coupe de verre soufflé (sobrement intitulée Bird bowl), évoquent la pureté d'un dessin presque elliptique, tirant vers l'abstrait. Techniquement, la designeuse ne laisse rien au hasard: le poids de l'objet se concentre en son milieu et sa base, décentrée –une astuce savamment calculée, permettant à la coupe de pivoter autour de son axe. Ultime clin d'oeil à la tradition nordique, une cuillère de bois sculpté, plongée dans la coupe, dessine la queue de l'oiseau. Ni trop ni trop peu: le petit piaf de Pia est une réussite.

Pia & Moritz Wüstenberg, Utopia & Utility

Pia & Moritz Wüstenberg, Utopia & Utility

L'origine de son style si particulier, troublant mélange d'art et de fonctionnalité, entre luxuriance et frugalité, Pia Wüstenberg la situe dans son héritage maternel: de sa mère et de sa grand-mère finlandaises, elle a appris le goût de l'artisanat. Mais également «la sensibilité et l'empathie» qu'elle juge vitales à son métier de designeuse. Grandie entre l'Allemagne et la Finlande, Pia Wüstenberg se souvient de vacances passées au sein du fief maternel, «dans une cabane, sur une île déserte, sans électricité ni eau courante. Beaucoup de bonnes idées sont nées au cours de ces séjours», confie-t-elle à Henriette Thompson dans les pages du Telegraph.

Pia & Moritz Wüstenberg, Utopia & Utility

Aujourd'hui basée à Londres (elle y a étudié le design au prestigieux Royal College of Art, où ses travaux de fins d'études en 2009 n'ont pas manqué d'attirer l'attention), la designeuse partage son temps entre la Grande-Bretagne et l'Allemagne, avec de fréquentes incursions en Europe de l'Est où ses pièces sont soufflées à la bouche. Des artisans avec lesquels elle collabore, elle apprend en silence. C'est en les observant qu'elle trouve inspiration.

Pia & Moritz Wüstenberg, Utopia & Utility

«Eux sont très précis dans leur art, ils appliquent à la lettre et dans l'ordre les différentes étapes des méthodes ancestrales qu'on leur a enseignées. En tant que designeuse, j'avoue une certaine naïveté vis-à-vis de cette façon de travailler: moi, je trouve parfois la beauté dans l'erreur, les pièces inachevées, les morceaux épars et rejetés.» De ces rebuts qui l'intriguent tant, Pia Wüstenberg est justement en train de réaliser une collection.

La designeuse a ouvert son studio, «Utopia & Utility», en 2009, flanquée de son frère Moritz, un ingénieur en biochimie, féru de logistique et gestionnaire avisé. Lui se charge des aspects «utiles», tandis qu'elle excelle à rêver d'utopie.

Newsletters

«Cuban Network»: infiltration à Miami et à Hollywood

«Cuban Network»: infiltration à Miami et à Hollywood

Le film d'Olivier Assayas fond en un même mouvement récit d'une authentique et extraordinaire histoire d'espionnage, codes du film d'aventure et critique des modèles dominants de narration.

Ce que les anciennes coutumes de dépucelage par un tiers disent de nous (et de la virginité)

Ce que les anciennes coutumes de dépucelage par un tiers disent de nous (et de la virginité)

Rester vierge jusqu'au mariage n'a pas toujours été une prescription: des coutumes de «défloration par un tiers» ont été rapportées, qui éclairent notre rapport à la «pureté» féminine.

Pourquoi les meurtriers et stalkers de séries TV nous fascinent

Pourquoi les meurtriers et stalkers de séries TV nous fascinent

«Dead girls everywhere», des filles mortes partout. Dans les séries criminelles et procédurales, dans les documentaires de true crime, les femmes victimes de violences ou de meurtres sont partout à la télé. Pourtant, on retient rarement leur nom,...

Newsletters