Monde

À Hébron, l'armée israélienne arrête un enfant handicapé mental de 11 ans

Repéré par Alphonse Corone, mis à jour le 25.06.2015 à 10 h 14

Repéré sur B'tselem, Huffington Post, The independent, Le Figaro

Un enfant palestinien de 11 ans, handicapé mental, a été récemment arrêté, ligoté et brièvement enfermé dans une jeep par des soldats de l’armée israélienne qui le soupçonnaient de leur avoir jeté des pierres, à Hébron, en Cisjordanie.

Une vidéo a été diffusée par l’organisation israélienne de défense des droits de l’homme B’Tselem, le 20 octobre, sur son compte YouTube. Depuis reprises par le Huffington Post Maghreb et le quotidien britannique The Independent, les images ont été visionnées plusieurs dizaines de milliers de fois.

Filmées depuis sa fenêtre par Samir Da’ana, un bénévole de B’Tselem, elles montrent l’arrestation de l’enfant sous les applaudissements et les «propos racistes», souligne le Huffington Post Maghreb, de colons israéliens de Kiryat Arba. L’ONG rapporte que l’enfant a été finalement relâché quelques minutes plus tard, après que son père a expliqué aux soldats les problèmes de son fils.

La scène se déroule au sud de Jérusalem, dans une zone de tensions importante entre la communauté de colons israéliens qui y est installée et la population palestinienne. Plusieurs épisodes meurtriers s’y sont déroulés, notamment ces derniers mois.

En juin dernier, trois étudiants israéliens avaient été enlevés et assassinés dans les environs d’Hébron, engendrant un climat d’extrême tension en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. La recherche des meurtriers avait conduit Israël à mener une vaste opération judiciaire, passant notamment par l’arrestation de 300 responsables du Hamas. Au moins cinq d’entre eux avaient été tués par les soldats israéliens durant cette opération, baptisée «Gardien de nos frères».

Puis, fin septembre, RFI rapportait que des affrontements avaient eu lieu dans la ville sainte entre des jeunes et les forces de l’ordre israéliennes suite à l’assassinat de deux Palestiniens accusés de la mort des trois étudiants. Selon des témoins palestiniens, il y aurait eu à cette occasion des échanges de tirs et la destruction de plusieurs commerces par l’armée, engendrant des incendies.

Dans son rapport consacré à la situation générale d’Hébron, B’tselem explique que «la présence accrue de soldats et de policiers en centre ville apporte son lot de violence injustifiée et d’abus de pouvoir. Violence, fouille arbitraire des maisons, harcèlement, détention de passants et traitements humiliants sont devenus partie intégrante de la vie quotidienne des Palestiniens et ont conduit nombre d’entre eux à partir». 

Le tableau des heurts de ces derniers mois met en relief une situation en Cisjordanie loin de s’apaiser. Au delà des affrontements graves et médiatisés, ce type de vidéos témoigne de la difficulté de vivre, au quotidien, en Palestine.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte