Monde

Comment des députés canadiens ont «livetweeté» l'attaque sur le Parlement à Ottawa

Temps de lecture : 5 min

Un tireur a semé la panique dans la capitale canadienne, Ottawa, mercredi 22 octobre autour de 10 heures heure locale (17 heures heure française). Un militaire qui surveillait un monument aux morts à proximité du Parlement a été tué. Des dizaines de coups de feu ont ensuite été entendus à l'intérieur du Parlement.

Le chef de la police a affirmé un peu plus tard que le seul assaillant, Michael Zehaf-Bibeau, un Canadien d'une trentaine d'années, avait été tué.

Ce jeudi matin, les députés ont pu quitter le Parlement. Ils doivent revenir cet après-midi pour une nouvelle séance.

Les premiers témoignages sur le drame sont venus de députés qui l'ont «livetweeté» depuis l'intérieur du Parlement où ils s'étaient retranchés. Voici les évènements tels qu'ils les ont racontés, au fil des minutes: les premiers coups de feu et l'odeur de poudre, les portes verrouillées, les tweets ayant pour but de rassurer les proches, le silence et la tension... mais aussi les demandes des médias, l'attente et la sortie.

Newsletters

Qui de la Chine ou des États-Unis dirigera le monde après la pandémie?

Qui de la Chine ou des États-Unis dirigera le monde après la pandémie?

La politique étrangère de Donald Trump est une politique nationaliste, en repli face aux affaires du monde et opposée à l'idée de coopération internationale. Cette attitude résonne particulièrement bien avec l'épidémie de Covid-19. De fait, l'une...

Orbán, l'opportuniste qui s'appuie sur le coronavirus à des fins politiques

Orbán, l'opportuniste qui s'appuie sur le coronavirus à des fins politiques

Le dirigeant hongrois se sert de la pandémie pour asseoir son pouvoir sur la Hongrie et parie sur sa gestion de crise comme tremplin vers une réélection en 2022.

En parlant de «virus chinois», Trump tente de faire oublier sa gestion catastrophique de l'épidémie

En parlant de «virus chinois», Trump tente de faire oublier sa gestion catastrophique de l'épidémie

En suscitant la polémique, le président américain se place en position de critiquer les personnes qui préfèrent parler de terminologie plutôt que de faire la guerre au coronavirus.

Newsletters