Monde

«Faites un barbecue humain de mon corps»: le testament d'Ingrid Newkirk, présidente de la Peta

Temps de lecture : 2 min

Ingrid Newkirk, la présidente de la PETA, dans une cage en 1998, à Taipei lors d'un happening. REUTERS / Simon Kwong
Ingrid Newkirk, la présidente de la PETA, dans une cage en 1998, à Taipei lors d'un happening. REUTERS / Simon Kwong

Ingrid Newkirk et la Peta n’aiment pas passer inaperçues. Alors, quand la présidente de l’organisation pour la défense des droits des animaux écrit son testament, elle fait en sorte qu’il sorte un peu du lot:

«A ma mort, je souhaite que mon corps soit utilisé de façon à attirer l’attention sur la souffrance et l’exploitation inutile des animaux.»

Dit comme cela, on ne voit pas trop où la présidente de la Peta veut en venir, mais quelques lignes plus loin, elle suggère des consignes très claires à suivre:

«Je souhaite que la “viande” de mon corps, ou une portion, soit utilisée pour un barbecue humain. (...)

Je souhaite que ma peau, ou une partie, soit enlevée pour faire des produits en cuir comme des sacs à main.»

Ingrid Newkirk précise que, si ce n'est pas possible aux Etats-Unis, au Canada, en Inde, en Grande-Bretagne ou en France, il faudra trouver un pays dont la législation l'autorise.

Il y a même un appel direct aux consommateurs français:

«Je souhaite que mon foie soit emballé sous vide et envoyé, en entier, ou en partie, en France où il sera utilisé publiquement pour persuader les acheteurs de ne pas supporter l’abominable pratique de gavage des oies et de canards pour du foie gras.»

En tout, il y a onze suggestions, et à chaque fois, rappelle Mind Body Green, revient la même question: «Si vous le faites à un animal, pourquoi ne le feriez-vous pas à un être humain?»

Slate.fr

Newsletters

Privé de «Davos du désert»

Privé de «Davos du désert»

La Hongrie gère la crise du logement en envoyant ses SDF en prison

La Hongrie gère la crise du logement en envoyant ses SDF en prison

Vivre dans la rue est désormais un délit passible de prison ferme dans l’ensemble du pays.

Trump dit avoir un «instinct naturel pour la science»

Trump dit avoir un «instinct naturel pour la science»

Et son instinct lui dit que la menace du réchauffement climatique est exagérée.

Newsletters