Science & santé

Mais au fait, comment on évacue les odeurs à bord de la Station spatiale internationale?

Repéré par Andréa Fradin, mis à jour le 22.10.2014 à 12 h 52

Repéré sur Gizmodo, Futura Sciences

Sandra Bullock dans le film Gravity | © 2013 Warner Bros. Entertainment Inc.

Sandra Bullock dans le film Gravity | © 2013 Warner Bros. Entertainment Inc.

Quand on pense à l'immensité spatiale, on s'imagine fixant l'obscurité infinie, flottant façon Gravity, voire pire, mourant la tête explosée par des débris, à l'instar de certains des héros du film. Mais on n'imagine pas forcément le côté pratique des choses. Comme par exemple: l'odeur qu'il peut bien y avoir là-haut. A l'extérieur comme à l'intérieur des modules comme la Station spatiale internationale (ISS).

Le site Gizmodo a eu la bonne idée de déterrer une question posée en ce sens sur Quora, et à laquelle vient de répondre Clayton C. Anderson, un ancien astronaute américain «qui est allé deux fois dans l'espace». Il raconte qu'à bord de l'ISS, si les systèmes de ventilation assuraient un «environnement majoritairement "sans odeur"», cela ne voulait pas dire qu'aucun parfum ne flottait dans les airs.

L'astronaute mentionne en particulier les plats de poissons et fruits de mer, dont l'odeur si significative (et si forte) mettait parfois plusieurs heures à se dissiper dans l'ISS! Tant et si bien que «de nombreux commandants interdisaient la possibilité de manger des plats de fruits de mer», poursuit Clayton C. Anderson.

L'astronaute raconte également ses petites astuces pour isoler de la meilleure façon possible ses chaussettes, tee-shirts et shorts sales:

«[Je les mettais sur une rampe] placée près d'un ventilateur de climatisation, ce qui signifiait qu'un air froid et frais soufflait à travers de mon linge tout suant pendant plusieurs heures avant que je les porte –secs comme un os– le jour suivant.»

Autre avantage: ce dispositif permettait de prélever la sueur de l'astronaute pour la transformer en eau potable. 

Quant à l'incontournable question des latrines, et de leurs émanations, Clayton C. Anderson assure que l'ISS disposait «des meilleurs systèmes pour contenir les odeurs de caca». A une exception près, que l'astronaute glisse entre de perfides parenthèses: 

«(surtout dans la partie américaine... pas tant que ça côté russe.)»

Ces derniers apprécieront.

Pour les plus curieux, sachez que Robert Frost, un ingénieur de la Nasa, a également donné des précisions techniques sur les systèmes de ventilation de l'ISS. Quant à ceux qui se demandent ce que peut bien sentir l'espace, Clayton C. Anderson répond que cette odeur, quoique particulière et reconnaissable entre toute, est «assez difficile à décrire».

D'autres astronautes confiaient en 2012 que cette fragrance ressemblait à une odeur de «steak brûlé», de «métal chaud», d’«émanations de soudure», comme nous le rapportions alors.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte