Monde

En Israël, on construit désormais des cimetières verticaux

Temps de lecture : 2 min

Le cimetière «traditionnel» de Yarkon / Aharon Mizrahi via Wikimedia Commons
Le cimetière «traditionnel» de Yarkon / Aharon Mizrahi via Wikimedia Commons

De plus en plus de cimetières israéliens ne peuvent accueillir de nouvelles sépultures faute de place. Pour résoudre ce problème, le gouvernement israélien entend employer un concept architectural radical: le cimetière vertical. Interviewé par l'hebdomadaire allemand Der Spiegel, l'architecte israélien Tuvia Sagiv, à qui a été confiée la réalisation d'une acropole dans la banlieue de Tel-Aviv, estime que ce nouveau type de cimetière s'inscrit dans la continuité d'un mode de vie urbain:

«C'est insensé que nous vivions les uns au-dessus des autres dans des tours et que nous mourions ensuite dans des villas. Si nous vivons les uns au-dessus des autres, dans ce cas nous pouvons aussi reposer les uns au-dessus des autres.»

Le cimetière Yarkon est le plus grand cimetière de Tel-Aviv, avec 110.000 concessions réparties sur 60 hectares, mais il est aujourd'hui presque plein.

Le projet architectural de Tuvia Sagiv doit permettre de créer le nombre de concessions nécessaires pour les 25 années à venir, indique Der Spiegel:

«Grâce à 30 édifices funéraires verticaux, la capacité doit grimper à 250.000 tombes, sans nécessiter une extension de la surface [du cimetière].»

Accepté par les autorités religieuses, y compris par les ultra-orthodoxes, ce projet a tout de même des opposants qui, par respect des traditions funéraires, avancent l'idée de créer des cimetières dans le désert, où la place ne manque pas.

Malgré ces critiques, le gouvernement israëlien a fait savoir que seules les personnes qui possèdent déjà une concession recevront une tombe traditionnelle. «Celles-ci ne seront sinon plus proposées», indique Der Spiegel. Philosophe, le directeur d'un cimetière défend ainsi le plan mis en place par le gouvernement de son pays:

«Quand il n'y a plus de place pour construire des immeubles à Jérusalem, je préfère enterrer les gens sur plusieurs niveaux les uns au-dessus des autres. Dieu nous a donné ce pays pour y vivre, pas pour y mourir.»

Les cimetières verticaux existent déjà ailleurs dans le monde, comme au Brésil, où une acropole de 32 étages construite au coeur du port de Santos permet d'enterrer jusqu'à 180.000 personnes. Une «tour pour les morts» dotée d'une cave de 250 mètres de profondeur devrait également être érigée à Mexico. En 2011, deux finalistes de la Skyscraper Competition (un concours d'architecture spécialisé dans les gratte-ciels organisé par le magazine d'architecture et de design américain eVolo) avaient d'ailleurs présenté un projet de cimetière vertical pour Paris, dont la vingtaine de cimetières est saturée.

Vous pouvez voir de nombreuses photos d'Associated Press sur le site du Daily Mail.

Newsletters

JO 2020: le village olympique bientôt transformé en hôpital?

JO 2020: le village olympique bientôt transformé en hôpital?

La ville de Tokyo pourrait réquisitionner une partie des appartements destinés aux athlètes pour accueillir les malades du Covid-19.

La Hongrie veut mettre fin à la reconnaissance des personnes trans

La Hongrie veut mettre fin à la reconnaissance des personnes trans

La crise du coronavirus est décidément un bon prétexte pour le gouvernement Orbán.

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Animaux sauvages dans les villes, campagnes de sensibilisation et distanciation sociale... La semaine du 28 mars 2020 en images.

Newsletters