Partager cet article

«Bande de filles»: cela s'appelle la jeunesse

©Pyramide Distribution

©Pyramide Distribution

Des lascardes qui flanquent le souk dans le métro mais pas que.

Grand 1 petit 2: ça s’envole! Il y a eu un petit 1, bref et nécessaire, de présentation de Marieme, sa vie, son enfermement, et puis la rencontre avec Lady, Adiatou, Fily. La vie de Marieme, adolescente noire d’une banlieue de Paris, c’était plutôt la non-vie, un labyrinthe d’interdits et de blocages, les contraintes de la famille, du collège, du sexisme, du racisme, d’une pauvreté qui pour n’être pas la misère n’en est pas moins misérable. Entrelacs sinistre. Et puis, comme une ouverture, une trouée, la rencontre des trois autres, jeunes filles noires comme elles, habitantes de la cité comme elle, mais en groupe, en force, en rage et en joie. Des lascardes qui flanquent le souk dans le métro mais pas que. Et l’évidence, la nécessité presque, qu’elle complète ce qui va devenir ce quatuor infernal.

Joie et colère mêlées

Infernal d’énergie, de vitalité, d’affirmation de son corps, de ses désirs, de ses ressources qui, quand Marieme était seule, semblaient presque inexistantes, et se révèlent considérables: cela s’appelle la jeunesse, cela s’appelle la beauté, cela s’appelle la fierté. Il y a de la joie et de la colère mêlées, et dans une sorte de symbiose assez miraculeuse, Céline Sciamma et ses quatre interprètes embrasent cela, de jeux enfantins en bagarres à la dure, de danses en dérives. Et à l’occasion en se fabriquant des parenthèses rien qu’à elles, une chambre d’hôtel comme un trou du continuum espace-temps, une chanson de Rihanna comme une extase.

Ce sont les corps, ce sont les mots, ce sont les visages et le bagou et les mimiques, Bande de filles devient une sorte d’ode endiablée à un principe vital qui participe de tout ce qui définit ses protagonistes –jeunes, filles, noires, de banlieue– et ne cesse d’échapper à ces définitions, de les excéder sans les renier. Et c’est ce très heureux parti-pris, qui défait la sociologie appliquée, d’élire uniquement des personnages noirs, choix esthétique au meilleur sens du mot, en ce qu’il construit une grand nombre de possibilités visuelles, sensitives, tout en révoquant toute question ethnique ou communautaire.

Alors bien sûr il y aura un grand 2, lorsque Marieme rompt avec la bande, part se construire différemment, sous un nouveau nom. Ce basculement est à double tranchant. Il y a du courage et de l’ambition à poser la question d’après, celle qui prend acte qu’une explosion de vitalité adolescente n’est pas, ne peut ni ne doit être une fin, qu’elle peut au mieux être à la fois une expérience intensément vécue et un tremplin pour l’après. Mais il y a aussi une sorte de retour à un système, de la part de la cinéaste, qui retrouve de manière moins convaincante qu’en 2007 et 2011 la thématique de l’identité sexuelle interrogée par ses deux premiers films, Naissance des pieuvres  et Tomboy.

Bande annonce de Bande de filles

Le côté verrouillé de la narration en deux parties amenuise la puissance libératrice de la première partie, en même temps que la manière de poser la question de «l’après» ressemble, chez cette réalisatrice, à une convention. Bande de filles pourrait s’arrêter quand Marieme change d’apparence et de vie en devenant Vic, surtout la manière dont le film se poursuit déplace le rapport de possession entre la réalisatrice et celles qu’elle a filmées. Mais heureusement, cela ne pourra défaire ce qui s’est joué durant la première partie, celle où –grâce évidemment à Céline Sciamma– Marieme, Lady, Adiatou et Fily étaient aux commandes du film, et le faisaient vivre à 1000 à l’heure.

Bande de filles

De Céline Sciamma, avec  Karidja Touré, Assa Sylla, Lindsay Karamoh, Mariétou Touré.

Sortie le 22 octobre 2014 | Durée: 1h52min 

Voir sur Allociné

 

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte