Sciences

Comment être créatif: les conseils d'Isaac Asimov à la Darpa

Temps de lecture : 2 min

 «Isaac Asimov painted portrait» par thierry ehrmann | FlickR

Prenez d'un côté l'un des plus grands écrivains de science-fiction du siècle dernier. De l'autre l'agence qui réfléchit au futur, notamment de l'armée américaine mais pas que, et à l'origine de rien de moins qu'Internet. Vous obtenez une rencontre sommet entre Isaac Asimov et la Darpa, dont les échanges en 1959 viennent tout juste d'être publiés sur Technology Review, le site du prestigieux Massachusetts Institute of Technology (MIT).

Arthur Obermayer, un scientifique du MIT qui travaillait alors en partenariat avec la Darpa sur un projet de défense antimissile balistique, y explique la genèse de cette courte collaboration:

«Le gouvernement a reconnu que quel que soit l'investissement réalisé pour améliorer ou étendre la technologie actuelle, elle demeurait inédéquate. Ils voulaient que nous et d'autres contractuelles pensions "out of the box".»

C'est alors qu'Obermayer a pensé à son ami Asimov. Ce dernier a donc produit un article sur la créativité, avant de mettre un terme à cette relation avec le gouvernement américain, «parce qu'il ne voulait pas accéder à une quelconque information classifiée, de peur que ça limite sa liberté d'expression», poursuit Obermayer.

Sa courte réflexion n'en est pas moins intéressante. Asimov y examine le processus de création, pointant que «malheureusement, la méthode qui génère les idée n'est jamais claire, y compris pour les "générateurs" eux-mêmes».

Plus stimulant encore, particulièrement à l'époque où l'innovation est le maître mot de l'économie, l'auteur visionnaire regrettre la difficulté d'être en avance sur son temps, et, puisqu'il est question de cela, de penser en dehors de la boîte:

«Le monde en général réprouve la créativité, et être créatif en public est particulièrement mauvais. Même spéculer en public est plutôt inquiétant. »

Conséquences de cette entrave à l'innovation: les créateurs doivent se sentir en sécurité, échapper à cette hostilité suscitée par le processus créatif. «Il doit y avoir de l'aise, de la relaxation et un sens général de la permissivité», si ce n'est carrément une ambiance bon enfant –Asimov conseillant un bon restaurant et quelques vannes bien senties.

Bref, pas forcément l'ambiance qu'on imagine au sein d'une agence gouvernementale planchant sur des projets ultra-secrets. A ce propos, Asimov va encore plus loin en affirmant qu'il n'y a rien de pire que la pression du résultat, et le sentiment de responsabilité pour un chercheur, comme le pointe Gizmodo:

«Les grandes idées sont venues de personnes qui n'étaient pas payées pour avoir de grandes idées, mais payées pour être professeurs, ou pour travailler à l'office des brevets, ou être des petits fonctionnaires, ou pas payés du tout. Les grandes idées viennent en annexe.»

De quoi alimenter la réflexion de toutes les entreprises en recherche d'innovation. Et qui n'est pas sans rappeler l'initiative très commentée d'un certain Google, connu pour les 20% «de temps libre» laissé à ses développeurs désireux de plancher sur un projet perso. Un aménagement qui ressemblerait davantage aujourd'hui à une obligation de travail supplémentaire, écrivait Zdnet en 2013.

Slate.fr

Newsletters

Abdus Salam, premier prix Nobel musulman, renié par le Pakistan

Abdus Salam, premier prix Nobel musulman, renié par le Pakistan

Le scientifique pakistanais a contribué à la découverte majeure du boson de Higgs. Mais dans son pays d'origine, rares sont les personnes qui lui rendent hommage.

Il est possible d'hériter de plus d'ADN d'un parent que de l'autre

Il est possible d'hériter de plus d'ADN d'un parent que de l'autre

En étudiant l'ADN de plus de quatre millions d'individus, des scientifiques découvrent que de nombreuses personnes vivent avec des anomalies chromosomiques non détectées.

Antarctique, la fin du miracle français?

Antarctique, la fin du miracle français?

Alors que la course au pôle Sud bat son plein, la politique française appliquée dans la zone stagne dangereusement.

Newsletters