Santé

Après les banques de sang et de sperme, les banques de caca

Temps de lecture : 2 min

REUTERS/Joe Penney
REUTERS/Joe Penney

En 2012 la première banque de selles des Etats-Unis a vu le jour. OpenBiome, est «la seule banque de selles indépendante à but non lucratif» selon le Boston.com qui lui consacre un article.

L'institut, oeuvre d'un post-doctorant du MIT, Mark Smith, teste et fournit ensuite ces échantillons d'excréments à 122 hôpitaux, dans 33 états différents pour expérimenter un traitement médical innovant: la transplantation fécale.

Comme nous vous l'expliquions récemment sur Slate, des médecins ont découvert qu'une transplantation fécale pouvait restaurer les bonnes bactéries intestinales et bannir la C.diff, une bactérie qui produit des toxines capables d'endommager les intestins. Elle provoque la mort de 14.000 Américains par an.

Cette transplantation fécale nécessite de la matière fécale humaine: d'où l'intérêt d'une banque. «Il faut nous voir comme une banque du sang, mais pour le caca», explique Mark Smith. «On ne devrait pas avoir besoin de traverser tout le pays en avion pour avoir du caca».

L'institution paye 40$ (environ 30€) pour la défécation du jour, une défécation pesant (pour les Français) environ 150g pour 24h. Votre caca ne vaut pas de l'or (5970€ les 150 grammes selon le cours actuel) mais il vaut bien la moitié de l'argent: 60€ les 150 grammes.

Slate.fr

Newsletters

Aux États-Unis, le tabagisme passif sévit encore au travail

Aux États-Unis, le tabagisme passif sévit encore au travail

Près de 20% des personnes actives qui ne fument pas seraient exposées à ce fléau sanitaire.

«Le polyamour n'est pas envisageable pour mon partenaire»

«Le polyamour n'est pas envisageable pour mon partenaire»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Mohamed, très déstabilisé d'aimer deux hommes à la fois.

«Tu enfanteras dans la douleur», pour combien de temps encore?

«Tu enfanteras dans la douleur», pour combien de temps encore?

Le documentaire d'Ovidie met en lumière les violences obstétricales et gynécologiques et s'interroge sur la façon d'y mettre un terme.

Newsletters