Partager cet article

En Angleterre, une loi médiévale de haute trahison pourrait être utilisée pour condamner les djihadistes britanniques

Capture d'écran d'un clip dans lequel on voit le surnommé Djihadi John, suspecté d'avoir assassiné James Foley.

Capture d'écran d'un clip dans lequel on voit le surnommé Djihadi John, suspecté d'avoir assassiné James Foley.

Le gouvernement anglais songe à utiliser une loi promulguée en 1351 sous le règne d' Edouard III afin de condamner pour haute trahison les citoyens anglais qui ont rejoint l’Etat islamique.

«Nous avons remarqué que certaines personnes avaient juré allégeance à ce qu'ils appellent l'Etat islamique. Cela pose la question de leur loyauté envers ce pays, et de savoir s'ils sont coupables de trahison», a déclaré Philip Hammond, le ministre britannique des Affaires etrangères au Parlement le 16 octobre.

Cette remarque venait en réponse aux questions d'un parlementaire conservateur, Philip Holobone: 

«Le ministre des Affaires étrangères va-t-il faire en sorte que les djihadistes britanniques qui reviennent d'Irak et de Syrie soient poursuivis pour trahison? Leurs actions constituent une trahison contre Sa Majesté, et le fait de soutenir les ennemis de Sa Majesté est un des plus graves crimes que puisse commettre un citoyen britannique.»

Le gouvernement estime que 500 Britanniques sont partis combattre avec l'EI en Irak et en Syrie. Dans les vidéos d'exécutions de plusieurs otages anglais et américains, l'assassin filmé avait un accent britannique, et a été surnommé Djihadi John.

Les condamnations pour haute trahison –un crime puni de mort jusqu'en 1998– sont rares dans l'histoire britannique. En 2005, le gouvernement avait menacé d'utiliser cette loi pour condamner trois imams britanniques extrémistes qui faisaient l'apologie du terrorisme, mais aucune action n'avait finalement été prise dans ce sens.

 La dernière personne condamnée (et pendue en 1946) pour haute trahison est William Joyce (plus connu sous le nom de Lord Haw Haw), un propagandiste qui animait des émissions radiophoniques pro nazies pendant la Seconde guerre mondiale.

La liste des autres personalités executées pour ce crime contient de nombreuses figures historiques célèbres, comme le philosophe et homme politique Thomas More, la reine d'Ecosse et de France Marie Stuart, ainsi qu'Anne Boleyn, la deuxième femme du roi Henri VIII.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites et vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt. > Paramétrer > J'accepte