Monde

L'Afghanistan exige le silence des médias pour l'élection

Temps de lecture : 2 min

Le gouvernement afghan a ordonné à tous les journalistes de ne pas rapporter les incidents violents qui pourraient avoir lieu jeudi 20 août pendant les élections présidentielles, de peur que les médias découragent les gens d'aller voter.

Deux décrets on été publiés: l'un du ministère des Affaires étrangères interdisant toute diffusion d'informations sur des violences tant que les bureaux de vote sont ouverts, et l'autre du ministère de l'Intérieur ordonnant tous les journalistes de rester à l'écart des lieux d'attaques et autres violences.

«Bien que la version anglaise du premier décret parle de «demande», la version en Dari, une des langues officielles en Afghanistan, précise que tout reportage sur les violences pendant la durée de élections serait strictement interdit», explique le Guardian.

«En réaction, l'organisation Human Rights Watch signale que la liberté d'expression est consacrée pasr la constitution afghane et l'Association des journalistes indépendants afghans assure que rien n'empêchera les journalistes de faire leur travail et d'informer le public sur ce qui se passera durant le vote», écrit le journal Le Monde.

[Lire l'article complet sur guardian.co.uk]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Après une attaque suicide à Kaboul   Lucy Nicholson / Reuters

Slate.fr

Newsletters

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Les fondations du milliardaire-philanthrope américano-magyar quittent Budapest où elles travaillaient depuis 1984. Un départ accéléré par vingt-quatre mois d’intense campagne gouvernementale anti-Open Society.

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Newsletters