Tech & internet

Comment l'application Whisper géolocalise ses utilisateurs soi-disant «anonymes»

Repéré par Andréa Fradin, mis à jour le 17.10.2014 à 9 h 36

Repéré sur The Guardian, The Guardian

Un exemple de secret partagé sur Whisper.

Un exemple de secret partagé sur Whisper.

Ah, parler sans pouvoir être identifié! Confier ses secrets inavouables et déverser sa bile sans jamais être inquiété: ce fantasme d'anonymat et d'intraçabilité fait depuis quelques mois le bonheur d'applications mobiles qui ont su flairer le filon. Sauf qu'il y a un gros hic: comme souvent dans ces cas-là (on ne vous le dira jamais assez), l'affaire ne se révèle pas si secrète que ça.

Après Secret il y a quelques semaines, c'est au tour de Whisper de faire les frais de telles accusations: le Guardian révèle en effet que l'application mobile rangée, comme nous l'écrivions en janvier dernier, dans «les start-ups à suivre» de l'année par Business Insider, géolocalise certains de ses utilisateurs. Y compris quand ces derniers ont explicitement désactivé cette option.

A en croire le journal anglais, Whisper a développé un système lui permettant de «localiser des messages envoyés dans les 500 mètres à partir duquel ils ont été envoyés.» L'anonymat en tant que tel serait néanmoins préservé:

«L'entreprise n'a pas accès aux noms et numéros de téléphone des utilisateurs, mais stocke des informations sur le moment précis et la location approximative à partir duquel les messages ont été postés via l'application.»

Seuls quelques utilisateurs «ciblés au cas par cas» seraient suivis de la sorte. Parmi eux, «du personnel militaire et des personnes identifiées comme travaillant à Yahoo, Disney et au Congrès.»

L'application partagerait par ailleurs des informations avec le département de la Défense américain, dans le cadre, poursuit le Guardian, de recherches «sur la fréquence des mentions de suicide ou d'automutilations à partir de téléphones que Whisper sait être utilisés au sein de bases militaires américaines».  Et serait en train de concevoir une application en conformité avec les exigences du régime chinois –pas franchement amateur d'anonymat et de liberté d'expression.

Le Guardian explique avoir eu accès à ces informations lors d'une visite dans les locaux de Whisper, dans la perspective d'une collaboration éditoriale avec l'application –partenariat évidemment avorté depuis. Une initiative qui n'a pas vraiment plu aux employés de l'application, à l'instar de Neetzan Zimmerman, qui écrit sur Twitter:

«Le Guardian a fait une erreur en publiant cette histoire et va le regretter.»

L'ancien journaliste spécialiste des contenus viraux, fondateur de The Daily What et dont les articles faisaient exploser le trafic de Gawker, dément formellement les informations du journal anglais.

Sauf qu'un autre élément vient étayer les accusations du Guardian: quelques jours avant la publication de l'article, le 13 octobre, Whisper a modifié ses conditions d'utilisation afin de s'arroger la possibilité de géolocaliser des utilisateurs qui le refuseraient ou de transmettre des informations à des institutions... Bref, tout ce que lui reproche précisément le Guardian.

Extrait des CGU de Whisper, modifiées le 13 octobre.

Par exemple, cette phrase a été ajoutée, comme le pointe toujours le Guardian:

«Merci de garder à l'esprit que, même si vous désactivez les services de localisation, nous pourrons toujours déterminer votre ville, État et pays de localisation sur la base de votre adresse IP (mais pas votre localisation exacte).»

Ces derniers jours, c'est une autre application populaire, Snapchat, qui a attiré l'attention. Si elle ne promet pas l'anonymat, elle propose en revanche de partager des photos et vidéos supposées disparaître au bout de quelques secondes.

Sauf que de nombreux moyens permettent en réalité de stocker ces documents (à commencer par une simple capture d'écran) et que des dizaines de milliers d'entre eux circuleraient désormais sur Internet. Encore une fois: sur Internet, méfiez-vous des services qui vous promettent de communiquer sans jamais être identifié ou tracé.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte