France

Eric Woerth: «Il y a aucune raison de penser que les primaires n'auront pas lieu»

Temps de lecture : 2 min

Quatrième numéro de l'émission «Politique» sur France 24, avec le député UMP de l’Oise et l'ancien diplomate allemand Joachim Bitterlich.

Pour son quatrième numéro, le magazine hebdomadaire de France 24 Politique, diffusé tous les jeudi à 17h10 et coanimé par Roselyne Febvre (France 24) et Jean-Marie Colombani (Slate.fr), accueillait Eric Woerth, député UMP de l’Oise, et Joachim Bitterlich, ancien diplomate allemand qui a été ambassadeur auprès de l'Otan, de l'Espagne et d'Andorre.

«Plus il y a de clans, moins il y aura d'UMP», a déclaré l'ancien ministre du Budget et du Travail de Nicolas Sarkozy, alors que les rivalités s'intensifient à droite autour de Nicolas Sarkozy, François Fillon et Alain Juppé. «Il y a aucune raison de penser que les primaires n'auront pas lieu», a-t-il ajouté, tout en pointant que ce mécanisme pouvait se révéler «dangereux», en accroissant la compétition interne au parti.

Invité à s'exprimer sur la relation franco-allemande, Joachim Bitterlich a lui jugé que «depuis Jacques Chirac, la profondeur de la relation n'est plus là». Il a déploré la «recherche d'un bouc émissaire à Paris comme à Berlin», tout en jugeant que l'acès de germanophobie le plus important survenait en Italie.

Slate.fr

Newsletters

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

La banderole est l'un des moyens d'expression privilégiés des supporters. Il arrive pourtant qu'elle soit interdite de match, comme à Toulouse, fin février.

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

Prudence... et action rapide. Selon Pierre-Yves Cossé, commissaire au Plan de 1988 en 1992, l'embellie apparente de certains indicateurs économiques ne signifie absolument pas une prochaine sortie de crise.

Newsletters