Égalités / Culture / Slatissime

Pourquoi les talons aiguilles marchent encore

Temps de lecture : 2 min

Torture physique pour beaucoup de femmes, le talon aiguille n’a pourtant jamais perdu son attrait.

Talons aiguille Photo Flickr CC par IamKhatu

Quand on porte des talons, la vie n'est pas toujours facile.

Et pourtant, comme l’explique le site Gizmodo, «le talon aiguille a beau être la seule chaussure à être physiquement douloureuse, il a persisté pendant des siècles». A tel point que le musée de Brooklyn aux Etats-Unis y consacre une exposition, Killer Heels: The Art of the High-Heeled Shoe.

En 2011, Christian Louboutin, pape du talon, racontait au New Yorker qu’il détestait «le concept de confort» dans ses créations, que c’était comme si un couple disait: «Nous ne sommes pas vraiment amoureux, mais nous sommes dans une relation confortable.»

Le talon a d’abord été porté par des hommes, les cavaliers perses, dès le Xe siècle, pour leur permettre de garder les pieds attachés quand ils montaient à cheval. Très vite, le talon devient synonyme de rang social élevé et certaines femmes commencent à en porter. Cette chaussure ne faisait pas à l’époque de distinction des sexes, et au XVIIe siècle par exemple, on pouvait voir Louis XIV en porter, y compris sur son portrait officiel, du peintre Hyacinthe Rigaud.

Portrait de Louis XIV, par Hyacinthe Rigaud

Ce n’est qu’au XVIIIe siècle que le talon devient un accessoire réservé aux femmes. Après la Révolution de 1789, le talon, devenu symbole d’irrationalité et de superficialité, sera oublié et devra attendre longtemps avant de faire son retour en force. «La pornographie s'est emparé du talon bien avant que la mode ne le fasse», explique Gizmodo.

Pour Elizabeth Semmelhack, auteure de Heights of Fashion: A History of the Elevated Shoe, interrogée par Pacific Standard Magazine, cela viendrait des diffusions, dès le XIXe siècle et l'invention de la photographie, de photos de pin-up portant des talons. Avec la Seconde Guerre mondiale, et ces photos que s'échangaient les soldats sur le front, le talon aiguille devint instantanément un accessoire érotique. Seulement voilà, ces photos ne demandaient que quelques minutes de pose au modèle, loin des usages que l'on en fait aujourd'hui au travail, dans la rue ou en soirée.

Et pourtant, le talon, qui s'est imposé comme «l'accessoire le plus provocant de la mode» selon PS Magazine, reste toujours aussi douloureux. Alors certaines marques et clientes rivalisent de créativité et tentent de rendre la marche en talons plus agréable.

De leur côté, les hommes se sont tournés vers les talonettes, qui permettent à certains de gagner quelques centimètres, et ont définitivement dit adieu aux talons.

(Ou presque.)

Slate.fr

Newsletters

L'étiquette aux allures sado-masochistes d'une bière russe fait scandale

L'étiquette aux allures sado-masochistes d'une bière russe fait scandale

Sur cette étiquette, l'image d'une femme bâillonnée a fait réagir des féministes, et le Service anti-monopole de l'État.

Joyeux et politique, le projet hors normes du Gros Festival

Joyeux et politique, le projet hors normes du Gros Festival

Samedi 23 et dimanche 24 mars, le collectif Gras politique organise son premier festival, avec pour principal objectif de fédérer contre la grossophobie.

Bilqis Abdul-Qaadir, une carrière brisée par l’interdiction du hijab

Bilqis Abdul-Qaadir, une carrière brisée par l’interdiction du hijab

La basketteuse Bilqis Abdul-Qaadir avait tout pour devenir un symbole de réussite de la jeunesse musulmane américaine. Mais la Fiba lui a barré l’accès aux terrains, en raison de son voile.

Newsletters