Culture

Oui, on peut faire du cinéma indépendant et s'inspirer de la Bible, selon Darren Aronofsky

Temps de lecture : 2 min

Darren Aronofsky remporte l'Honorary Maverick Award, photo Woodstock Film Festival
Darren Aronofsky remporte l'Honorary Maverick Award, photo Woodstock Film Festival

Mercredi 15 octobre débute le festival du film indépendant de Woodstock qui, pour sa quinzième édition, a décidé de remettre son prix Maverick (non-conformiste, en français) à Darren Aronofsky.

A cette occasion, le réalisateur de Requiem for a Dream a accordé une interview au site Internet Indiewire où il revient sur sa filmographie, sa vision du non-conformisme et ses inspirations bibliques.

Darren Aronofsky commence sa carrière en 1991 comme réalisateur de courts métrages (Supermarket Sweep, entre autres), puis acquière une certaine notoriété avec la sortie de son premier long métrage, Pi, en 1998, réalisé avec seulement 60.000 dollars et qui lui vaudra une sélection officielle au festival de Deauville et le prix de la mise en scène au festival de Sundance. Après quoi, les succès s’enchaînent: Requiem for a Dream (2000), The Fountain (2006), The Wrestler (2008), Black Swan (2010) et enfin, Noé (2014).

Peut-on qualifier Darren Aronofsky de non-conformiste? Le prix est destiné «à ceux pour qui la vie et le travail sont guidés par la créativité, une indépendance d’esprit et de l’engagement social». Comprendre: aux réalisateurs indépendants et extérieurs à l’establishment. Quand on lui demande si après des débuts proches de cette définition, il n’est pas lui aussi entré dans la machine hollywoodienne avec de gros succès commerciaux, il ne se démonte pas, expliquant que, selon lui, l’indépendance tient à la séparation entre la production et la réalisation, l’art et l’argent. Et non à la taille des budgets.

Interrogé sur son dernier film, Noé, le réalisateur ne cache pas son inspiration religieuse:

«L’objectif principal était pour moi de prendre cette histoire de la Bible, qui est une des plus anciennes histoires de l’humanité, et qui n’appartient pas seulement aux trois grandes religions monothéistes mais à tous les êtres humains, et ce par ce qu’elle est un des plus grands travail littéraire, comme Ulysse et l'Odyssée.»

Puis de préciser:

«Il y a de grands messages dans ces anciens mythes que nous pouvons tous appliquer à nous-même, et la raison pour laquelle nous racontons ces histoires encore et encore tient à ce que leurs idées sont si riches […] La plupart de mes films font référence à des passages de la Bible, c’est pour cela que j’imagine que ce sera encore une source d’inspiration pour de nombreuses années.»

Quand enfin on lui demande ce qu’il pense du rôle attribué aux non-conformistes de repousser les limites, Darren Aronofsky pondère:

«Consciemment, repousser les limites n’est pas un but. Ça vient comme ça vient […] La seule chose que j’ai quand j’aborde un film, c’est la passion, et c’est ça qui me fait sortir du lit tous les matins.»

Slate.fr

Newsletters

Faut-il croire à la retraite de Nicki Minaj?

Faut-il croire à la retraite de Nicki Minaj?

Alors qu'elle préparait un nouvel album, la rappeuse a annoncé le 5 septembre 2019 qu'elle mettait un terme à sa carrière –une décision radicale, mais loin d'être irréversible.

Il y a trente ans, le New Jack Swing créait la matrice de la pop music du XXIe siècle

Il y a trente ans, le New Jack Swing créait la matrice de la pop music du XXIe siècle

Entre hip-hop et R'n'B, cette musique qui fait le bonheur de la série «Pose», dont la deuxième saison est en cours de diffusion, a fait entrer la jeunesse noire et urbaine dans les foyers du monde entier.

«La Frontière verte», une série sans pathos sur l'Amazonie

«La Frontière verte», une série sans pathos sur l'Amazonie

Avec son rythme lent et hypnotique, ce thriller écologique colombien diffusé sur Netflix semble tourné sous l'emprise de l'ayahuasca, sans que cela desserve son propos.

Newsletters