Économie

Jean-Bernard Lévy, le futur patron d'EDF qui n'avait jamais été cité pour diriger EDF

Temps de lecture : 2 min

Jean-Bernard Lévy lors de l'assemblée générale 2010 de Vivendi. REUTERS/Benoît Tessier.
Jean-Bernard Lévy lors de l'assemblée générale 2010 de Vivendi. REUTERS/Benoît Tessier.

D'après des informations concordantes publiées par plusieurs médias (Les Échos, Le Monde, Reuters, l'AFP...), mercredi 15 octobre, le gouvernement a enfin tranché la succession d'Henri Proglio à la présidence d'EDF: c'est Jean-Bernard Lévy, patron de Thalès et ancien patron de Vivendi, qui devrait prendre la tête du groupe énergétique, détenu à près de 85% par l'État.

L'épilogue de plusieurs semaines d'intenses spéculations médiatiques autour de la reconduction ou non de l'actuel PDG, dont la nomination en 2009 avait fait polémique. Selon l'AFP, ce dernier a appris sa non-reconduction ce mercredi matin de la bouche du ministre de l'Economie Emmanuel Macron.

Un montage de titres du Monde, des Echos, du Figaro, de Libération, de Challenges et de Médiapart sur la succession d'Henri Proglio à la tête d'EDF.

L'amusant, dans l'affaire, c'est qu'au milieu de tous les noms cités ces dernières semaines, celui de Jean-Bernard Lévy n'était pas apparu dans la presse. «De nouveaux noms avaient encore émergé ces derniers jours [...] mais jamais celui de Jean-Bernard Lévy», écrivent d'ailleurs Les Echos.

Pour situer, voici d'ailleurs à quoi ressemblait une recherche Google News associée à son nom au moment où sa probable nomination a fuité, ce mercredi matin.

«La moitié du CAC 40 est sur le coup», écrivait la semaine dernière Le Canard Enchaîné. Voici, en vrac, quelques-uns des noms qui avaient été cités ces derniers jours, qui illustrent bien l'intensité des supputations autour de ce mercato patronal.

Vincent de Rivaz, patron d'EDF Energy, la filiale britannique du groupe. Il y a quelques jours, la Commission européenne venait d'autoriser le projet d'EPR au Royaume-Uni.

Thomas Piquemal, directeur financier d'EDF. L'hypothèse d'un ticket entre lui et Henri Proglio avait d'ailleurs été évoquée.

Martin Vial, ancien patron de La Poste et d'Europ Assistance et ancien membre du cabinet de Paul Quilès sous le gouvernement Rocard. «Un homme du sérail socialiste, compagnon à la ville de Florence Parly, ancienne secrétaire d'État au Budget du gouvernement Jospin», notait Le Canard enchaîné ce mercredi.

Philippe Crouzet, patron de Vallourec. Un candidat au «profil presque idéal (c’est un industriel de l’énergie, il connaît très bien la boutique EDF, il a une sensibilité de gauche…)», écrivait Libération, mais qui présentait «ce désavantage d’être marié à Sylvie Hubac, la directrice de cabinet de François Hollande». Lors de son éviction du gouvernement, l'ancienne ministre de l'Ecologie Delphine Batho avait d'ailleurs polémiqué sur de supposées informations privilégiées dont il bénéficierait sur la politique énergétique du gouvernement.

Laurence Parisot, ancienne présidente du Medef. Elle était la seule à avoir annoncé officiellement sa candidature... tout en défendant le bilan du patron sortant.

Philippe Varin, ancien patron de PSA Peugeot Citröen.

Guillaume Pépy, président de la SNCF, ancien membre des cabinets ministériels de Michel Durafour et Martine Aubry.

Jean-Pierre Clamadieu, président de Solvay.

Thierry Breton, patron d'Atos Origin et ancien ministre de l'Economie, qui aurait soupçonné Proglio d'avoir alimenté des fuites contre lui.

Nicolas Dufourcq, directeur général de BPI France.

Jean-François Cirelli, directeur général délégué de GDF Suez.

et même Anne Lauvergeon, ancienne patronne d'Areva et ennemie jurée d'Henri Proglio, dont un rendez-vous à l'Elysée avait alimenté la machine à rumeurs ces derniers jours.

Slate.fr

Newsletters

Les restaurants interdits aux enfants, un juteux business qui fait polémique

Les restaurants interdits aux enfants, un juteux business qui fait polémique

Conscients des désagréments causés par la présence d’enfants au sein de leur établissement, de plus en plus de restaurateurs envisageraient d’interdire l’entrée aux marmots.

La Chine parie sur la fonte des glaces arctiques pour ouvrir de nouvelles routes commerciales

La Chine parie sur la fonte des glaces arctiques pour ouvrir de nouvelles routes commerciales

Loin des conséquences écologiques est en train de se jouer une redistribution générale des cartes dans laquelle Pékin entend bien jouer un rôle de premier plan.

Rapport OXFAM: si les entreprises du CAC 40 versent autant de dividendes à leurs actionnaires, c'est normal

Rapport OXFAM: si les entreprises du CAC 40 versent autant de dividendes à leurs actionnaires, c'est normal

La lutte contre les inégalités est de celles qui doivent être menées sans relâche et avec détermination. Mais il est très facile sur ce sujet de tomber dans la dénonciation des riches.

Newsletters