Sciences / Santé

Il existe désormais des gélules au caca et elles peuvent même sauver des vies

Temps de lecture : 2 min

 «Skip the Brown Pill» par Alan Levine | FlickR

On vous entend déjà glousser, mais sachez que ces petites gélules au caca congelé (puisqu'il est bien question de ça), peuvent sauver des vies.

Elles visent en effet à combattre une bactérie pas franchement sympa, qui répond au petit nom de «Clostridium difficile» (C.diff). Cette dernière s'installe dans les intestins d'une personne dont la flore normale (autrement dit, les bactéries normalement présentes à cet endroit et plutôt inoffensives) a été abîmée par la prise répétée d'antibiotiques, comme le résume l'agence de santé canadienne. Qui précise:

«Dans un tel cas, la bactérie C. difficile produit des toxines qui peuvent endommager les intestins et entraîner une diarrhée.»

Selon Science, qui cite les chiffres du CDC américain, cette bactérie entraîne la mort «de 14.000 Américains chaque année». Pas anodin donc, surtout quand on sait que cette dernière ne se fait pas facilement déloger par des antibiotiques.

Récemment néanmoins, «des médecins ont découvert qu'une transplantation fécale restaurera les bonnes bactéries intestinales qui banniront la C.diff», explique le site de la radio NPR. Problème: la procédure ressemble à un cauchemar. Elle nécessite soit une coloscopie, soit l'insertion d'un «tube qui descend dans le nez jusqu'à l'estomac». Qui délivre donc de la matière fécale humaine qui se doit d'être fraîche, et nécessite donc un donneur disponible.

Oui, vous avez toutes les raisons de lâcher un gros «beuark!» de dégoût. D'autant plus que la procédure peut être dangereuse: il y a en effet un risque qu'en vomissant lors de l'opération, les patients inhalent cette matière fécale. «C'est assez effrayant», résume le docteur Elizabeth Hohmann auprès de NPR. Une spécialiste des maladies infectieuses qui travaille au Massachusetts General Hospital, une institution qui s'est penchée sur le problème et qui a trouvé une solution plus seyante, avec ces gélules contenant des selles humaines congelées.

Ce dispositif permet d'abord d'éviter la nécessité d'avoir un donneur sous la main. Il est ensuite largement moins inconfortable que les opérations pré-existantes, même si les chercheurs n'ont pas pu obtenir une gélule parfaitement neutre, «rouge et blanche» (NPR explique en effet que seule une enveloppe transparente pouvait garantir l'efficience de la gélule). Et, surtout et enfin, il obtient d'excellents résultats, comme le résume Science:

«En 8 semaines et moins, 18 des 20 participants ont constaté une résolution complète de leur problème de diarrhée, après avoir consommé 30 à 60 de ces gélules emplies de matière fécale.»

A tous ceux qui s'étonnent de cette utilisation médicale de nos selles, sachez que c'est une pratique très courante. «Les médecins utilisent ces transplantations fécales depuis les années 1950 pour combattre différentes sortes d'infections», raconte ainsi Science.

Il y a quelques mois, nous nous faisions également écho d'une invention qui a fait fureur auprès des rédactions en mal de trafic: la saucisse au caca de bébé. Aussi incongru qu'elle puisse paraître, nous expliquions alors que cette création originale n'avait rien d'extraordinaire, de nombreux probiotiques étant isolés à partir d'excréments:

«D’ailleurs, vous avez probablement déjà consommé sans le savoir de la nourriture ou des compléments alimentaires fabriqués à partir d’une souche bactérienne dérivée d’excréments humains.»

La différence tenant ici au fait que «quand les scientifiques veulent isoler une souche de bactéries à partir de selles humaines –qui peuvent contenir des milliers d’espèces de bactéries différentes– ils diluent à plusieurs reprises l’échantillon fécal».

Slate.fr

Newsletters

Le long chemin de l'écocide pour s'imposer dans le droit international

Le long chemin de l'écocide pour s'imposer dans le droit international

Depuis quelques années, des initiatives naissent dans le monde pour que les tribunaux l'inscrive comme crime environnemental.

Les reptiles les plus venimeux au monde

Les reptiles les plus venimeux au monde

«Je parcours le monde afin de trouver et de voir les reptiles et les amphibiens les plus étranges, les plus venimeux et les plus beaux», raconte le photographe Matthijs Kuijpers. Son projet de livre, intitulé Cold Instinct, a...

Que valent les tests ADN pour décrire nos origines?

Que valent les tests ADN pour décrire nos origines?

Contrairement à l'image savamment véhiculée par ces entreprises, le génome n'est pas un grand livre qui recenserait, à l'infini, les moindres détails des vicissitudes de nos aïeux.

Newsletters