Partager cet article

Niklas Elmehed, l'homme qui tire le portrait des lauréats du Prix Nobel

Niklas Elmehed finit le portrait du Prix Nobel de littérature 2014, Patrick Modiano / Adam Smith

Niklas Elmehed finit le portrait du Prix Nobel de littérature 2014, Patrick Modiano / Adam Smith

Nous republions cet article à l'occasion de l'annonce des prix Nobel 2016.

Si vous pensiez trouver le filtre Instagram «Prix Nobel» pour votre nouvelle photo de profil Facebook ou Twitter, c'est raté: les portraits en noir, jaune et bleu des lauréats des différents Prix Nobel, diffusés sur le site de l'organisation et les réseaux sociaux en même temps que les noms sont divulgués, sont en effet peints à l'acrylique et à la main, sur papier, par leur auteur Niklas Elmehed.

Depuis une semaine, ce dernier bénéficie de la plus large attention qui puisse être accordée à un illustrateur. Cela fait près de deux ans et demi qu'il travaille pour Nobel Media, la filiale qui gère la communication de l'organisation. En tant que directeur artistique, il crée tous les croquis du site et des ses profils sur les réseaux sociaux.

«Quelque part, il existe un illustrateur, missionné par le comité Nobel, qui connaît le nom de tous les vainqueurs.»

Ce qui ne veut pas dire qu'il est dans la confidence des différents comités, qui travaillent dans le plus grand des secrets et préviennent les lauréats très tard. Jean Tirole, qui a remporté ce lundi 13 octobre le prix Nobel d'économie (officiellement «Prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel»), a ainsi appris la nouvelle «vers midi et quart» par un coup de fil du comité, soit trois quarts d'heure avant l'annonce officielle.

Niklas Elmehed n'est pas mieux loti que les nouveaux Nobel, et nous a expliqué qu'il devait principalement travailler dans l'urgence:

«Nous ne connaissons le nom des lauréats que peu de temps avant le reste du monde. Je dois donc peindre très vite. Pour le Prix Nobel de littérature de Patrick Modiano, j'ai dû faire son portrait en 35 minutes, puis courir avec vers la salle de rédaction. Il a ensuite fallu éditer les images en entier pour Twitter, Facebook et le site du Prix Nobel.»

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte