Monde

Vladimir Poutine: son tigre le quitte, et fuit pour la Chine

Temps de lecture : 2 min

L'un des trois tigres de Sibérie que le président russe a relâchés dans la nature serait entré sur le territoire chinois. Et Pékin n'est pas rassuré.

REUTERS/RIA Novosti
REUTERS/RIA Novosti

«La Chine garde un œil sur le tigre libéré par le président russe.» Dans un communiqué, le gouvernement chinois explique qu’un tigre de Sibérie, relâché par Vladimir Poutine, aurait traversé la frontière et serait quelque part sur son territoire.

Le Wall Street Journal explique que cette intrusion sur le territoire chinois vient comme un cheveu dans la soupe des relations plutôt amicales qu'entretiennent les deux pays. «Le président chinois Xi Jinping aura du mal avec le dernier cadeau du président russe», raconte le journal.

En mai dernier, le président relâchait dans la réserve zoologique de Zheludinsky trois tigres de Sibérie orphelins, dans la région oblast d’Amour, dans l’est de la Russie. Et l’arrivée en Chine de ce tigre, prénommé Kuzya, est prise très au sérieux par Pékin. En effet, en traversant le fleuve d’Amour, le tigre prend le risque de tomber nez à nez avec des villageois inquiets pour leur bétail. Pire, le braconnage est très répandu dans cette région, et comme le note le New York Times, une carcasse de tigre de Sibérie peut rapporter jusqu’à 10.000 dollars. «En Chine, 40 tigres sont illégalement tués chaque années», rappelle le journal. Depuis les années 1940, cette espèce frôle l’extinction. C’est pourquoi la Russie a décidé de la classer espèce protégée, portant le nombre de tigres à presque 450 aujourd’hui, et que l’on voit régulièrement Vladimir Poutine prendre part à des opérations visant à sauvegarder l’espèce.

Car les relations si particulières qu’il entretient avec les animaux font régulièrement le tour des médias internationaux. A tel point que le Washington Post s’est récemment demandé pourquoi un homme avec une réputation comme la sienne prenait autant de plaisir à se mettre en scène en compagnie d’animaux (mignons de préférence).

Avec ce type de communication, il veut dire «j’ai un cœur, mais mon amour est dur, viril», explique au journal Jan Kubik, du département des sciences politiques à l’University Rutgers. C’est un autre moyen de distinguer la Russie, et l’Europe et ses «"mâles européens efféminés"» ajoute-t-il.

Un Tumblr s’est même amusé à compiler ces apparitions publiques. Car avant le tigre, il y a eu le vol aux côtés des grues blanches, le câlin à un ours polaire qu'il aidait

Et l’inévitable bisou à un chiot, toujours devant les caméras.

Mais comme n’oublie pas de le rappeler le Washington Post, Vladimir Poutine est avant tout un chasseur (et accessoirement ancien du KGB et expert en arts martiaux). Ses excursions dans la nature pour pêcher et chasser sont un moyen d’entretenir son image de «macho», «d’amoureux de la nature qui fait des balades à cheval torse nu», explique Jan Kubik.

En 2008, les médias russes vantaient déjà la bravoure du «héros» Vladimir Poutine, expliquant qu’il a sauvé une équipe de télé des « griffes d’un tigre de Sibérie». Selon les journalistes sur place et le Telegraph, qui rapporte l’histoire, le président, en tenue de l’armée, aurait tiré sur la bête avec un fusil à sédatifs, sauvant l’équipe de télé qui s’était trop approché, avant d’aider les chercheurs à le mesurer et de le relâcher dans la nature.

Slate.fr

Newsletters

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Des journalistes de The Atlantic estiment que plus de 350 journalistes ont perdu leur emploi en partie en raison des statistiques données par Facebook.

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Bébé royal, légalisation du cannabis au Canada et «meurtre de masse» en Crimée... La semaine du 14 octobre en images. 

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Pourtant, le Premier ministre Justin Trudeau s'était engagé à résoudre ce problème qui mine les réserves des Premières Nations depuis des années.

Newsletters