Economie

Standard and Poor’s lance un avertissement au gouvernement français

Repéré par Eric Leser, mis à jour le 11.10.2014 à 8 h 37

Repéré sur Le Point, RTBF

L'immeuble de Standard & Poor's à New York Brendan McDermid / Reuters

L'immeuble de Standard & Poor's à New York Brendan McDermid / Reuters

L'agence de notation Standard and Poor's, qui mesure les risques financiers, a lancé un sévère avertissement à la France vendredi 10 octobre. Elle pourrait voir sa note baisser si elle ne lance pas des réformes vigoureuses.

S&P a révisé la perspective de la note de solvabilité à long terme de la France, «AA», à «négative» contre «stable». L'agence est traditionnellement la plus sévère à l'égard de la France. Elle a été la première à lui retirer la meilleure note, le «triple A», en janvier 2012. Les deux autres grandes agences de notation Moody's et Fitch accordent jusqu'ici encore la deuxième meilleure note possible à la qualité de la dette française, alors que S&P est déjà descendue au troisième cran.

Pour l'agence de notation, trois raisons motivent cette décision. «Le déficit budgétaire plus dégradé» que prévu qui pourrait «se dégrader davantage», en raison de «marges de manoeuvre réduites sur les recettes». Par ailleurs, l'objectif de «stabilisation de la dette (était) repoussé».

Il y a également un «risque concernant la mise en oeuvre des réformes structurelles annoncées» par le gouvernement, censées relancer la croissance et assainir les finances publiques. «On manque d'antécédents solides en termes de mise en place de réformes en France», a-t-elle souligné, évoquant aussi de possibles résistances sociales.

La faible inflation est enfin un «élément très important» dans la décision concernant la France, en raison de son rôle nocif pour les finances publiques.

S&P estime que les déficits budgétaires moyens pour la période 2014/2017 vont atteindre 4,1% du PIB, au lieu de 3,2% selon l'estimation fournie par l'agence en avril.

Le ministre des Finances Michel Sapin a tenté de modérer l’impact de la décision de Standard and Poor’s, affirmant dans un communiqué que la dette française restait «l'une des plus sûres du monde».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte