Sciences

Coloniser l’espace est la seule garantie de survie de l’humanité

Temps de lecture : 2 min

Nous ne sommes pas à l’abri d’une catastrophe naturelle qui effacerait l’espèce humaine de la surface de la terre.

Photo publiée le 29 septembre par la mission indienne MOM
Photo publiée le 29 septembre par la mission indienne MOM

Pourquoi dépenser des milliards de dollars dans l’exploration spatiale tandis que des milliards de personnes sur terre vivent encore dans la misère. Comme le souligne le site SingularityHUB, qui est à la pointe en matière de technologie, robotique, intelligence artificielle, longévité et génétique, vous avez surement entendu la justification habituelle. Les programmes spatiaux ont apporté et apportent des innovations et des inventions considérables, une perspective pour l’humanité et un moyen d’étancher la soif humaine d’explorer et d’aller toujours plus loin.

Mais en fait, il y a une raison bien plus urgente et forte et SingularityHUB incite la NASA à la mettre en avant pour justifier son existence et ses budgets et à s’inspirer d’Elon Musk, une légende de la technologie fondateur de SpaceX, Tesla Motors, Solar City… Pour lui, le seul moyen d’assurer la survie de l’espèce humaine est de rapidement mettre un million de personnes sur Mars.

Tout simplement parce que nous ne sommes pas à l’abri d’une catastrophe naturelle qui effacerait l’espèce humaine de la surface de la terre et nous commençons seulement à nous en rendre compte. Une opinion que résume ainsi l’écrivain de science fiction Larry Niven : «les dinosaures ont disparu car ils n’avaient pas de programme spatial».

Et le risque n’est pas seulement, comme dans le cas de la disparition des dinosaures, qu’un astéroïde vienne s’écraser sur la terre. Une onde surpuissante de rayons gammas venue d’une supernova pas trop éloignée ou une résurgence soudaine d’une grande activité volcanique sur toute la planète peuvent faire disparaître l’humanité ou la ramener à l’âge des cavernes.

Pour Elon Musk, si nous ne sommes pas encore entrés en contact avec d’autres civilisations intelligentes évoluées technologiquement, bien plus que la notre, qui comme le souligne le paradoxe de Fermi, devraient pulluler dans notre galaxie compte tenu des probabilités statistiques, «c’est que quelque chose d’étrange arrive aux civilisations… Il se pourrait bien qu’il y ait beaucoup de civilisations disparues sur une seule planète».

L’intention d’Elon Musk est aujourd’hui claire. Réussir dans les prochaines décennies, bien après que SpaceX ait envoyé des passagers dans une station spatiale, à fonder une colonie sur Mars. Elon Musk estime qu’il faudra au moins un million de personnes pour avoir une base génétique suffisamment diversifiée et une capacité de production permettant à la colonie d’être autosuffisante. Elon Musk est un mégalomane ou le sauveur de l'humanité?

Newsletters

Parler de «climato-sceptiques», c'est leur faire une faveur

Parler de «climato-sceptiques», c'est leur faire une faveur

Qualifier celles et ceux qui nient le changement climatique de sceptiques est non seulement un non-sens, mais également une défaite dans la bataille des mots et des idées.

Une étude donne son feu vert pour utiliser l'urine comme engrais

Une étude donne son feu vert pour utiliser l'urine comme engrais

Des scientifiques de l'Université du Michigan estiment que ce liquide ne favorise pas l'émergence de micro-organismes résistants aux antibiotiques dans les plantations.

Est-il éthique de créer des animaux chimériques pour faire progresser la médecine?

Est-il éthique de créer des animaux chimériques pour faire progresser la médecine?

La naissance de porcelets contenant des cellules de singe relance les débats sur la bioéthique.

Newsletters