Tech & internet / Santé

Fallait s'y attendre, c'est fait: un zombie Ebola est devenu viral

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran de l'image virale diffusée par un site d'informations parodique.
Capture d'écran de l'image virale diffusée par un site d'informations parodique.

La photo est accompagnée de cette terrifiante légende:

«Pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, on a pris des images vérifiées d'un homme que les scientifiques ont vu mourir d'Ebola avant de revenir à la vie seulement quelques heures plus tard, et se relever des morts.»

On y voit, comme vous pouvez le constater ci-dessus, le visage d'une personne noire, peau du visage rongée à divers endroits et regard pas franchement avenant.

Tadaaam! Vous tenez ici le premier zombie Ebola de l'épidémie actuelle à être devenu viral –et désolée pour le vilain jeu de mots. Depuis la fin du mois de septembre, le concept a pas mal tourné sur les réseaux sociaux, au second... comme au premier degré.

Quelques dizaines de milliers de tweets sur le zombie Ebola selon Topsy.

Si vous en doutiez, sachez que cette image (et que ce zombie) sont ce qu'on appelle un «hoax» sur Internet, une histoire montée de toute pièce à partir d'un personnage du film de zombies World War Z (voir la vidéo ci-dessous), dont le visage a ensuite été retouché à l'aide d'un logiciel afin de le rendre encore plus zombiesque, explique le site Hoax Slayer.

Elle a d'abord été relayée par un des nombreux sites satiriques qui existent aujourd'hui sur Internet, Big Americain News, qui dit relayer des faits, comme le rapporte le journal britannique The Independent: «nés du plus pur instinct».

Il affirmait ainsi que l'image provenait d'«officiels au Libéria» et que «le nom de la victime n'avait pas encore été révélé par l'OMS.»

Le personnage du film World War Z dont s'est inspiré ce hoax.

Mais si cette information a pu être assez facilement désamorcée –il suffisait pour cela de jeter un oeil à la description du site–, le problème est qu'elle est aussi alimentée par d'autres histoires, extraordinaires ou infondées, diffusées pour leur part par des sites d'actualité qui n'ont (a priori) rien de parodique.

Ainsi, une vidéo diffusée sur la chaîne ABC, qui montre un homme bougeant un bras alors qu'on le pensait mort d'Ebola, a semé la confusion.

De même, «deux cas séparés de victimes d'Ebola mourant et revenant ensuite à la vie dans le comté de Nimba, au Liberia, ont été couverts dans deux titres africains, All Africa and The New Dawn», rapporte The Independent.

Et si Snopes, un autre site qui vise à démonter les rumeurs, s'est fendu d'un article pour dire qu'aucun «autre cas de résurrection ont fait surface depuis cette histoire initialement publiée au Liberia et qu'aucun détail n'a émergé pour clarifier les circonstances sous lesquels les patients en question sont "morts"», il n'est pas certain que cela suffise à faire taire nos fantasmes de scénarios hollywoodiens. Et cet «enthousiasme morbide qui nous agite devant les scénarios fantasmés de catastrophes et de désastres», écrivions-nous en août dernier.

Cette clarification n'aura par ailleurs, c'est sûr, aucun impact en Afrique de l'Ouest, où les croyances et les rumeurs générées par la peur d'Ebola –notamment celle imputant l'épidémie aux soignants– entravent le travail des médecins, comme l'expliquait L'Express début septembre.

De notre côté néanmoins, nous avons les moyens de ne pas alimenter ce genre de mouvement de panique insensé. A chaque information bizarre sur Ebola, n'hésitez pas à aller faire un tour sur les sites spécialisés dans le désamorçage de rumeurs cités ci-dessus, ainsi que sur cet outil, dont nous vous parlions il y a quelques jours: Emergent.info.

Slate.fr

Newsletters

Selon des experts, l'utilisation d’armes imprimés en 3D à Halle doit servir d'avertissement pour les autorités

Selon des experts, l'utilisation d’armes imprimés en 3D à Halle doit servir d'avertissement pour les autorités

Dans un message, le terroriste a écrit que pour ceux qui vivent dans un pays sans arme, cela «peut présenter un intérêt. Tout ce dont vous avez besoin est d’un weekend entier et de 50$ de matériels».

En lutte contre les fakes news, Facebook refuse de supprimer une pub de Donald Trump qui en contient une

En lutte contre les fakes news, Facebook refuse de supprimer une pub de Donald Trump qui en contient une

Donald Trump a versé 14 millions de dollars de publicités à la plateforme.

La mission de ces coureurs new-yorkais: s'incruster sur des photos de mariage

La mission de ces coureurs new-yorkais: s'incruster sur des photos de mariage

Bons joueurs, la plupart des couples acceptent de poser aux côtés des Wedding Hashers.

Newsletters