Économie

A court d'argent, Chicago ferme pour un jour

Temps de lecture : 2 min

La ville de Chicago, dont les finances sont au plus mal, a instauré trois «jours de service réduit», dont le premier a eu lieu lundi 17 août. «La ville qui travaille» -c'est le surnom de Chicago-, qui espère ainsi économiser 8,3 millions de dollars (5,9 millions d'euros), n'a assuré que les services d'urgence et de première nécessité pendant cette journée.

Alors que la ville est candidate pour accueillir les Jeux Olympiques de 2016, un projet qui tient énormément à cœur au maire Daley, le quotidien Chicago Suntimes s'interroge dans un éditorial: «Si nous ne sommes même pas capables de garder la ville ouverte un lundi d'août, si on ne peut pas permettre aux habitants de la ville d'emprunter un livre ou de passer dans un centre pour seniors, comment sommes nous censés mettre en place un spectacle d'envergure mondiale qui dépassera tous ces percussionnistes chinois?»

«Peut-être que les Français ont raison, continue l'article. Fermons tout pendant le mois d'août. Envoyons tout le monde à la plage. Nous, les américains, avons tendance à trop travailler de toute façon. Nous ne le pensons pas - au contraire nous nous croyons paresseux. Un signe classique d'une mentalité de «workaholic» (d'accro au travail).»

[Lire l'article complet sur suntimes.com]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Image de une: urbanfeel, Flickr, CC

Newsletters

La rénovation urbaine au service de la cohésion sociale: le projet Macrolotto Zero

La rénovation urbaine au service de la cohésion sociale: le projet Macrolotto Zero

Concours Créatrices d'avenir: donner aux femmes le goût d'entreprendre

Concours Créatrices d'avenir: donner aux femmes le goût d'entreprendre

Le nouveau visage de la mondialisation

Le nouveau visage de la mondialisation

Avec la pandémie de Covid-19 et l'invasion de l'Ukraine, le commerce mondial est profondément perturbé. Faut-il y voir les premiers signes d'une démondialisation que certains appellent de leurs vœux? Ce serait aller un peu vite en besogne.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio