Économie / Allemagne

La fin du miracle économique allemand?

Temps de lecture : 2 min

Un drapeau au sommet du Reichstag. REUTERS/Tobias Schwarz.
Un drapeau au sommet du Reichstag. REUTERS/Tobias Schwarz.

La locomotive de l'Europe ne roule désormais plus qu'à petite vitesse. Après avoir réussi à maintenir une forte croissance durant la crise européenne alors que ses voisines s'effondraient les unes après les autres, l'économie allemande commence à montrer des signes de faiblesse.

Comme le rapporte le quotidien Der Tagesspiegel, les huit instituts économiques allemands, autrichiens et suisses réunis cette semaine à Berlin pour établir leurs prévisions de croissance ont dû réviser drastiquement les pronostics qu'ils avaient émis au printemps dernier avant de rendre leur copie au gouvernement allemand: cette année, l'Allemagne devrait seulement enregistrer une croissance de 1,3% au lieu du taux de 1,9% escompté. L'an prochain, la croissance devrait à peine plafonner à 1,2 %, alors qu'il a y a six mois les experts tablaient encore sur un taux de 2%.

Les raisons de cette baisse de régime sont à la fois liées à l'instabilité géopolitique de ces derniers mois et à la crise de la zone euro, poursuit Der Tagesspiegel:

«Les crises en Ukraine et au Proche-Orient, la peur d'Ebola, la faiblesse qui n'en finit pas des partenaires économiques importants de la zone euro, moins de commandes pour l'industrie et le secteur du bâtiment, si importants ici, par conséquent une ambiance de plus en plus mauvaise chez les managers, les investisseurs et les consommateurs.»

Les exportations allemandes se sont d'ailleurs effondrés cet été, ajoute le quotidien conservateur Frankfurter Allgemeine Zeitung. D'après les chiffres communiqués cette semaine par l'Institut statistique, les exportations ont baissé de 5,8% au mois d'août par rapport au mois de juillet, où une hausse de 4,8% avait été enregistrée. Les importations ont baissé de 1,3% sur la même période. Les raisons de ce recul sont notamment les sanctions prises par le gouvernement allemande contre la Russie, qui sont entrées en vigueur au 1er août et frappent de plein fouet les secteurs de l'armement et des hautes technologies.

Ces résultats alarmants font craindre au quotidien bavarois Süddeutsche Zeitung la fin du «german wunder», reprenant l'expression utilisée ces dernières années par les experts économiques internationaux pour décrire la situation économique paradoxale de l'Allemagne au cœur d'une Europe en crise:

«La république fédérale, sur laquelle on s'apitoyait encore au début du XXIe siècle en tant qu'"homme malade de l'Europe" a montré au cours des quatre derniers années ce dont elle était capable. Fini. Entre-temps, les signes annonçant que le german wunder touche à sa fin se multiplient. […] Le pays reste épargné par une récession. Il est bien plus menacé par une minicroissance, qui sur la durée peut être au minimum aussi nocive qu'un effondrement de la conjoncture puissant mais par contre limité dans le temps.»

Newsletters

Les États doivent se préparer ensemble à affronter une crise sans précédent

Les États doivent se préparer ensemble à affronter une crise sans précédent

L'absence de coopération entre pays dans la gestion de la pandémie frappant aujourd'hui la planète entière risque de coûter très cher à tout le monde.

La crise du Covid-19 coûte très cher au sport mondial

La crise du Covid-19 coûte très cher au sport mondial

Le report des compétitions ne sera pas sans conséquences économiques. Des petits clubs vont-ils devoir déposer le bilan? Ou ouvrira-t-on la voie à un nouveau modèle plus solidaire?

Le Covid-19 sonnera-t-il le glas du capitalisme?

Le Covid-19 sonnera-t-il le glas du capitalisme?

La pandémie de coronavirus met à mal toute l'économie mondiale. Le moment est peut-être venu de tout changer au lieu de s'en inquiéter.

Newsletters