Culture

Mais qui connaît Patrick Modiano? (A part les Français)

Temps de lecture : 2 min

Wikipedia a fait un petit rappel aux journalistes chargés d'écrire sur le nouveau lauréat du Prix Nobel de littérature.

Patrick Modiano chez Gallimard à Paris, le 9 octobre 2014 REUTERS/Charles Platiau
Patrick Modiano chez Gallimard à Paris, le 9 octobre 2014 REUTERS/Charles Platiau

Certains des romans de Patrick Modiano ont beau avoir été traduits en anglais (notamment Dora Bruder, ou Rue des boutiques obscures), le nouveau prix Nobel de littérature n'était manifestement pas encore, au moment de l'annonce de la récompense ce 9 octobre, une star internationale. A tel point que les journalistes américains, et parmi les plus cultivés, se retrouvent un peu démunis, comme le relève Slate.com, qui compile quelques tweets:

(«Si on me demande mes cinq romans préférés de Modiano, je serai face à un choix difficile: mentir, esquiver, ou vite en acheter et en lire un»)

(«Allez. J'ai l'impression qu'on venait tout juste d'arrêter de faire semblant qu'on connaissait J.M.G. Le Clezio. C'est trop tôt, chère Académie de Suède»)

(«Levez la main si vous êtes sur la page Wikipédia de Patrick Modiano»)

(«Ça va être génial quand ils vont révéler, lors de la cérémonie de remise des prix, que Patrick Modiano est en fait un personnage joué par Johnny Knoxville»)

Les journalistes étaient si démunis, remarque Slate.com dans le même article, que Wikipédia leur a fait un rappel-cadeau:

«Pour le reporter qui est en train de recopier Wikipedia: fais attention, mon gars. Les sources vérifiées sont toujours les meilleurs» | Version modifiée de la page Wikipedia en anglais de Patrick Modiano. L'avertissement a rapidement été enlevé.

Newsletters

Splendeurs et misères d'«Illusions perdues»

Splendeurs et misères d'«Illusions perdues»

La brillante adaptation du chef-d'œuvre de Balzac par Xavier Giannoli réussit l'évocation d'une époque passée en suggérant le présent, mais surenchérit sur la noirceur au risque d'un dangereux déséquilibre.

«Succession» nous rapproche de l'expérience collective de «Game of Thrones»

«Succession» nous rapproche de l'expérience collective de «Game of Thrones»

Cette semaine, la grand-messe des séries. 

«Venom 2»: ils ont quand même réussi à faire pire que le premier

«Venom 2»: ils ont quand même réussi à faire pire que le premier

L'ennemi de Spider-Man, qui s'est retrouvé par miracle star de son propre film, a droit aujourd'hui à une suite. Et c'est comme l'adolescence, un peu moche, bête et pas toujours satisfaisant. 

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio