Santé / Boire & manger

Les fast-food font des menus moins caloriques, mais les clients n'en veulent pas

Temps de lecture : 2 min

Hamburger-frites. Joey via Flickr CC License by
Hamburger-frites. Joey via Flickr CC License by

Le gras est-il en danger? Aux Etats-Unis, les nouveaux menus des chaînes de restauration rapide contiendraient moins de calories qu’avant, d’après une étude publiée dans l’American Journal of Preventive Medicine d’octobre, que relaye Time.com. Mais la défaite de la malbouffe n’est pas encore signée.

Les chercheurs ont analysé 20.000 plats de 66 des 100 plus grandes chaînes de restauration rapide du pays entre 2012 et 2013. Surprise: en moyenne, les nouveaux éléments intégrés aux menus en 2013 contiennent une soixantaine de calories (soit 12%) de moins que leurs équivalents en 2012. La plus forte baisse concerne les entrées comme les salades, mais aussi les boissons et les plats pour enfants.

D’après le docteur Sara N.Bleich, une des auteurs de l’étude, cette initiative arrive en prévision des nouvelles régulations fédérales issues de l’Obamacare, qui demanderont aux chaînes de restauration de mentionner le nombre exact de calories à côté des prix des plats. La date de leur mise en oeuvre n’est pas encore connue, mais pourrait intervenir avant la fin de l’année, et les chaînes essayent de limiter le choc à venir pour le consommateur.

Sara N.Bleich note que cette diminution calorique pourrait permettre de lutter moins frontalement contre le problème de l’obésité, d’après le site International Business Times:

«Vous ne pouvez pas interdire aux gens de consommer du fast-food, mais offrir aux consommateurs des options moins riches en calories dans les chaînes de restaurants peut aider à réduire la consommation calorique sans demander aux individus de changer leur comportement –une chose très difficile à faire»

Sauf que tout n’est si simple. Le Washington Post relève par exemple que la baisse des calories concerne essentiellement les plats secondaires des menus. Les plats principaux, comme les pizzas et les hamburgers, ceux qui attirent le client chez tel ou tel fast-food, ne connaissent que peu de variations.

Et surtout, les consommateurs vont pas au fast-food pour manger mieux. Time.com rappelle l’échec commercial aux Etats-Unis des «Statisfries». Lancées par Burger King, elles étaient censées être moins grasses que les frites traditionnelles, mais, peu plébiscitées par les clients, avaient été retirées des deux tiers des points de ventes. Sara N.Bleich affirme que présenter certains produits comme «sains» pourrait encourager les clients à les zapper.

Diminuer la consommation de malbouffe n’aurait d’ailleurs pas que des avantages. En septembre, une étude de l’Université du Michigan relevait que si les Américains suivaient les recommandations nutritionnelles du ministère de l’Agriculture, l'impact serait néfaste sur l'environnement. La hausse de la production de certains produits augmenterait en effet les rejets de gaz à effets de serre.

Slate.fr

Newsletters

Regarder du porno n'est pas un problème

Regarder du porno n'est pas un problème

Des décennies de méfiance paranoïaque ont failli faire ranger l’addiction au porno parmi les pathologies officiellement incluses dans la Classification internationale des maladies. Heureusement, l’Organisation mondiale de la santé ne s’y est pas trompée.

«Quand je suis tombée malade, j’ai senti que mon corps ne pourrait pas endurer pire»

«Quand je suis tombée malade, j’ai senti que mon corps ne pourrait pas endurer pire»

Sur les 54 000 nouveaux cas annuels de cancers du sein, 10% touchent des femmes de moins de 40 ans. L’association Jeune et Rose leur est dédiée.

À New York, les accouchements prématurés ont augmenté depuis l'élection de Trump

À New York, les accouchements prématurés ont augmenté depuis l'élection de Trump

En particulier chez les femmes immigrées.

Newsletters