Partager cet article

La poésie du flou: voir le monde avec les lunettes de Modiano

Extrait de la couverture du livre Catherine Certitude, chez Gallimard

Extrait de la couverture du livre Catherine Certitude, chez Gallimard

«Catherine Certitude», livre pour enfants de Sempé et Modiano, résume l'esthétique du flou du nouveau lauréat du Nobel de littérature.

Patrick Modiano, qui a reçu ce 9 octobre le prix Nobel de littérature, a modelé depuis depuis 1968, date de parution de son premier texte La Place de l'étoile, une oeuvre faite de personnages à l’identité trouble, à la mémoire chancelante, à l'histoire imprécise et flottante, faite d'une écriture parfois brumeuse. Modiano a construit une oeuvre sur le flou. 

La plupart de ses romans, qu'ils parlent de l'Occupation, de la famille, de la question du père, s'inscrivent dans ce flou-là, ils commencent même parfois avec lui, dès les premières phrases: 

«Tard dans la nuit, à une époque lointaine...» (Accident Nocturne)

«Presque rien. Comme une piqûre d'insecte» (Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier)

«Des éclats de rire dans la nuit» (La Ronde de nuit)

 

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte