Parents & enfants

«Je m'appelle Thea, j'ai 12 ans et je vais me marier»: un faux site pour dénoncer les mariages d'enfants

Temps de lecture : 2 min

Thea en robe de mariée
Thea en robe de mariée

«Bonjour, je m'appelle Thea et j'ai 12 ans. Je vais me marier dans un mois!» Sur le blog norvégien Stoppbryllupet.blogg.no, la petite Thea parle des préparatifs de la cérémonie –la robe, les gâteaux, les fleurs– et de son fiancé Geir, qui a 37 ans, et qu'elle ne connaît pas encore.

Lorsqu'il a été mis en ligne cette semaine, ce faux site créé par l'ONG Plan pour dénoncer les mariages forcés a été le blog le plus lu du pays en une journée, comme le souligne Bored Panda. Plusieurs personnes ont cru à un vrai et ont contacté la police.

L'internaute occidental est habitué à lire des articles sur les enfants mariés à 12 ans dans des pays comme l'Inde ou la Somalie, mais le fait de voir la situation transposée avec une blonde de la classe moyenne norvégienne était particulièrement choquant.

«Le destin de Thea est une réalité pour des millions de filles», explique Olaf Thomessen, le directeur de la section norvégienne de Plan. «Chaque jour 39.000 filles sont mariées contre leur gré

Cette campagne, qui coïncide avec la journée internationale de la fille le 11 octobre, est particulièrement efficace, car elle surprend et fait un peu culpabiliser. Si ça vous choque de voir Thea mariée si jeune, pourquoi est-ce que ça ne vous choque pas plus lorsqu'il s'agit de Ranya du Bangladesh ou de Latifa de Tanzanie? Les vraies histoires de ces filles sont mentionnées dans le blog, et l'ONG explique, relève The Smithsonian, qu'il est possible de devenir sponsor d'une fille, c'est-à-dire de donner de l'argent à sa famille pour qu'elle ne soit pas mariée trop tôt.

Newsletters

Déjà saturés, les services pédiatriques craignent le pire pour cet hiver

Déjà saturés, les services pédiatriques craignent le pire pour cet hiver

Le plan blanc devrait être déclenché dans les prochains jours dans au moins un service d'Île-de-France.

Le tabou du deuil périnatal, un supplice pour les parents

Le tabou du deuil périnatal, un supplice pour les parents

[TRIBUNE] Les parents de nouveau-nés décédés devraient être accompagnés, épaulés. Au lieu de cela, ils sont confrontés à la dénégation de toute une société.

Au moins 140.000 enfants américains ont perdu un parent à cause du Covid-19

Au moins 140.000 enfants américains ont perdu un parent à cause du Covid-19

Une étude montre que les minorités raciales et ethniques sont les plus touchées par ces pertes.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio