France

Yves Jégo: le gouvernement «fait des réformettes»

Slate.fr, mis à jour le 11.12.2014 à 15 h 57

Troisième numéro de l'émission «Politique» sur France 24, avec Karine Berger et Yves Jégo

Pour son troisième numéro, le magazine hebdomadaire de France 24 Politique, diffusé tous les jeudi à 17h10 et coanimé par Roselyne Febvre (France 24) et Jean-Marie Colombani (Slate.fr), accueille Karine Berger, députée PS des Hautes-Alpes, spécialiste des questions économiques, et Yves Jégo, député de Seine-et-Marne, candidat à la présidence de l'UDI. D’une durée de 45 minutes, ce rendez-vous passe au crible tous les dossiers brûlants de l’actualité en France et dans le monde (vidéo à venir). 

Alors que des députés du PS souhaitent moduler le montant des prestations familiales en fonction du revenu des ménages, la question de savoir si la politique familiale est une politique démographique ou une politique sociale est à nouveau débattue. La députée Karine Berger a défendu l’universalité de cette politique. La politique familiale, «c'est faire en sorte qu'on ne soit pas obligé de renoncer au désir de faire un enfant dans une famille pour des raisons économiques». 

Revenant sur les propos de Manuel Valls, et son désormais légendaire «my governement is pro-business» prononcé devant la city de Londres, la députée considère que les socialistes ne remettent pas en question l’importance de soutenir la création de richesses.

Le deuxième invité de Politique est candidat à la présidence de l’UDI. A côté du FN et de la droite «bonapartiste» (UMP), Jégo se pose en défenseur d’une droite centriste progressiste. A propos de la séquence du retour de Nicolas Sarkozy, le député affirme qu’il n’«y a rien de nouveau, c’est le même qui propose la même chose». Or «il y a un besoin d’idées, de travail sur le fond» et les Français «se fichent» selon lui des «gens qui ne parlent que d’eux» et de leur personnalité.

A propos de la nécessité de réformer le système fiscal en profondeur, Yves Jégo estime que le gouvernement n’est pas au niveau de l’enjeu: il «n’a réfléchi à rien de sérieux», et «fait des réformettes», «même pas préparées».

Dans la bataille pour la présidence de l’UDI, Yves Jégo, candidat en tandem avec Chantal Jouanno, estime que lui et son équipière sont «les héritiers directs de Jean-Louis Borloo». 

Politique, avec Roselyne Febvre (France 24) et Jean-Marie Colombani (Slate.fr), tous les jeudis à 17h10.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte