Partager cet article

Des chercheurs espèrent pouvoir greffer des pénis cultivés en laboratoire dans 5 ans

Une doctorante du Wake Forest Institute for Regenerative Medicine, Hannah Baker, analyse un muscle conçu en laboratoire.

Une doctorante du Wake Forest Institute for Regenerative Medicine, Hannah Baker, analyse un muscle conçu en laboratoire.

Un espoir pour les hommes souffrant de troubles érectiles, mais pas pour les personnes souhaitant changer de sexe.

L'information peut prêter à sourire. Elle peut pourtant avoir des incidences considérables sur le quotidien d'individus en souffrance: des chercheurs du Wake Forest Institute for Regenerative Medicine, en Californie, envisagent de pouvoir tester sur l'homme des pénis cultivés en laboratoire d'ici 2020.

«Nous essayons d'obtenir l'approbation de l'Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux [la FDA]», a confié au Guardian Anthony Atala, à la tête d'une équipe de 300 personnes qui planche depuis 1992 sur la possibilité de créer artificiellement, en laboratoire, un pénis, dans le but de le greffer. 

Comme le note le site I Fucking Love Science (IFLS), le Wake Forest Institute for Regenerative Medicine est un des leaders de la médecine régénérative:

«En 1999, ils sont devenus les premiers au monde à implanter avec succès sur un humain un organe cultivé en laboratoire.»

Il s'agissait alors d'une vessie. S'en est suivie une série d'organes, «30 zones du corps différentes» précise IFLS: «reins, coeurs, vessies, urètres et même vagins», liste de son côté Mashable. Jusqu'au pénis.

Ce n'est qu'en 2008 que les chercheurs réalisent, raconte The Guardian, que cette éventualité est envisageable pour l'homme. Ils parviennent alors à concevoir et greffer 12 pénis fonctionnels à des lapins. «Tous ont essayé de s'accoupler avec une femelle, huit ont réussi à éjaculer et quatre ont ensuite obtenu une progéniture», reprend IFLS, qui décrit en ces termes le processus qui permet d'obtenir un pénis de laboratoire:

«Ils obtiennent d'abord un pénis d'un donneur et retire toutes les cellules de ce dernier avec un détergent. Les chercheurs s'occupent ensuite d'une structure en collagène qu'ils ensemencent avec une combinaison de tissu musclaire lisse et de cellules endothéliale [présentes au niveau de la couche la plus interne des vaisseaux sanguins, en contact avec le sang, NDLR] de la personne qui recevra la greffe.»

«Imaginez cela comme s'il s'agissait d'un bâtiment, poursuit James Yoo, un membre de l'équipe scientifique, interrogé par le Guardian. Si vous enlevez les meubles et les gens, il reste toujours la structure principale du bâtiment. Ensuite, vous remplacez les anciens locataires par de nouveaux. C'est l'idée. Sauf que le bâtiment est un pénis, et les habitants des cellules.»

Ce procédé permettrait notamment de diminuer les risques de rejet, expliquent les chercheurs. Au-delà des complications d'ordre physiologiques, The Independent rappelle ainsi qu'en 2005, le premier homme à avoir reçu un don de pénis avait demandé à retirer la greffe deux semaines seulement après l'opération, en raison «de sévères problèmes psychologiques rencontrés par le bénéficiaire et sa femme», écrivait alors le docteur à l'origine de la greffe.

Cette utilisation des cellules du futur receveur limite néanmoins la portée de l'intervention. Comme le souligne IFLS, si les hommes souffrant de troubles, de déformations congénitales ou de mutilations peuvent espérer bénéficier à l'avenir d'une reconstruction, les personnes souhaitant changer de sexe ne semblent en revanche pas visées par la procédure.

A en croire les scientifiques cités par Mashable, les premiers bénéficiaires seront ainsi des hommes souffrant de troubles érectiles:

«Il s'agira de remplacements partiels du penis, utilisant les cellules même du patient du pénis.»

Selon The Guardian, les travaux de l'équipe d'Anthony Atala s'inscrivent dans une réflexion plus large, sur «l'absolue nécessité» de générer artificiellement des organes, à l'heure d'une société marquée par le vieillissement, où les dons se font rares.

Il y a quelques semaines, une autre initiative visant aussi à parer les effets de l'âge, et semblant tout autant sortir d'un bouquin de science-fiction, faisait également parler d'elle: la transfusion de sang prélevé sur des jeunes gens à destination de patients atteints d'Alzheimer modéré. Bienvenue dans le futur.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte