Tech & internet

Facebook voudrait lancer une application de messagerie «anonyme»

Repéré par Emeline Amétis, mis à jour le 08.10.2014 à 14 h 25

Repéré sur NewYorkTimes, Wired

Maria Elena via Flickr CC License By

Maria Elena via Flickr CC License By

Après avoir séparé sa messagerie instantanée de sa version mobile en rendant Messenger indispensable, Facebook planche déjà sur un autre projet d’application à part entière. Il s’agira là encore de messagerie, mais l’innovation sera celle que l’on n’attendait pas. L’équipe de Mark Zuckerberg devrait inaugurer dans quelques semaines leur première application de messagerie anonyme, selon le New York Times.

Mike Isaac, le journaliste auteur de l’article publié le 7 octobre, s’est renseigné auprès du personnel de l’entreprise qui a divulgué l’information sous couvert d’anonymat, les salariés étant astreints à une clause de confidentialité.   

Le but de l'application serait de permettre aux inscrits d’utiliser plusieurs pseudonymes pour discuter de choses et d’autres sur Internet, notamment de sujets avec lesquels ils ne seraient pas à l’aise sans anonymat.

Une alternative à la politique de «l'identité à tout prix»?

Le projet est à des années lumières de l’approche qu’entretient Facebook à l’égard de l’identité sur Internet depuis son lancement. Pour Chris Cox, directeur de la gestion et du développement des produits, «ce qui a rendu Facebook unique à ses débuts, c’était de savoir différencier le réseau social du reste d’Internet, à l’époque où les pseudos et l’anonymat étaient légion».

«C’est encore le cas sur le site principal de Facebook, qui comptabilise plus d'un milliard de profils. Mais cette nouvelle application est la preuve que l’entreprise est ouverte aux alternatives», note le New York Times.

Il reste cependant difficile de savoir comment l'application protégera ses utilisateurs des spammeurs ou des trolls, friands de ce type de services. Depuis son lancement, Facebook a mis en avant la politique du «vrai nom», en arguant sur la lutte contre le trolling et le harcèlement, quitte à se mettre à dos la communauté LGBT.

C'est après des semaines de protestation que Facebook a fait une concession, en permettant aux transgenres ou aux drag queens de se connecter avec des noms qu'ils ont adoptés et qui ne sont pas les leurs juridiquement.

Chris Cox a promis sur son compte Facebook que le réseau modifierait sa politique du «vrai nom», sans pour autant donner plus de précisions à ce sujet. Cependant, il paraissait clair dans sa publication que l'entreprise s'opposait à l'utilisation de pseudonymes.

«L'esprit de notre politique est que chacun sur Facebook utilise le nom qu'il utilise dans la vie. (...) Les histoires d’usurpation d’identité de masse, de trolling, de violence domestique, et (…) d’intimidation et d’intolérance, proviennent souvent du fait que les personnes se cachent derrière de faux noms, ce qui est à la fois terrifiant et triste.»

Un anonymat peu crédible

Mais peut-être que Facebook s'y prend trop tard. Mark Zuckerberg veut certes récupérer l'audience d'applications de messagerie anonyme comme Whisper ou Secret, qui ont bénéficié d'une croissance impressionnante en 2013, mais rien n'assure que ça marchera, selon Wired. Le site d'information américain met en doute les capacités du réseau social à rester omniprésent:

«Il serait sage pour l'entreprise de se rappeler de sa propre histoire. Facebook [est né à l’époque où] d’autres réseaux sociaux comme Friendster ou MySpace sont tombés en disgrâce. (…) Les internautes ont afflué sur Facebook en partie parce que le réseau n'avait plus rien à voir avec ses prédécesseurs: c’était quelque chose d’entièrement nouveau. Il sera difficile pour Facebook, une entreprise qui gagne des milliards sur la vente de données de ses utilisateurs, de les convaincre que leurs conversations resteront vraiment anonymes.»

Un problème de sécurité auquel Secret avait déjà du faire face: en août dernier, Wired expliquait comment un hacker, du nom de Ben Caudill, a réussi à démasquer l'un de ses journalistes inscrits sur l'application, en utilisant simplement son adresse mail.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte