Culture

«Twin Peaks» en 2016: plus «Fargo» que «X-Files», s'il vous plaît

Alexandre Hervaud, mis à jour le 07.10.2014 à 17 h 50

Au début des années 90, la série a effrayé une génération de spectateurs. Son retour tardif inspire lui aussi la crainte, mais pour d'autres raisons.

Dale Cooper (Kyle McLachlan) dans «Twin Peaks».

Dale Cooper (Kyle McLachlan) dans «Twin Peaks».

Une petite ville forestière de l'état de Washington, une jeune fille assassinée, un agent du FBI amateur de bon café dépêché sur les lieux, une femme à la bûche, des mystères à la pelle et une ambiance cauchemardesque oppressante: si vous n'avez pas reconnu les ingrédients de Twin Peaks, on ne saurait trop vous recommander de rattraper cette série séminale du début des années 90 signée David Lynch et Mark Frost.

L'intégrale est disponible depuis peu dans un coffret Blu-ray pléthorique réunissant les deux saisons du show et le film produit un an après l'annulation de la série par la chaîne ABC.


Depuis le 6 octobre, après une période de teasing via Twitter, c'est officiel, Twin Peaks sera de retour sur le petit écran en 2016. Le teaser mis en ligne dans la foulée par la chaîne américaine Showtime (Dexter, Homeland), future terre d'accueil du show, excite aussi bien qu'il divise. Il est des recoins de la mémoire où il ne fait pas bon traîner.


Avant l'officialisation de ce revival TV, on pouvait aisément soupçonner que David Lynch se payait notre poire avec ses tweets sibyllins. Compte tenu de la polyvalence de l'artiste, on n'aurait guère été surpris de se retrouver face à un concept album hip-hop avec des répliques cultes du show slamées par Kyle MacLachlan, un DVD tutorial de danse avec le nain rouge ou un jeu vidéo pour smartphone dans la peau de Killer Bob. Même l'ouverture d'une chaîne à la Starbucks baptisée Damn Good Coffee ne nous aurait qu'à moitié surpris.

Au temps pour nous, c'est bien sur le petit écran que reviendra Twin Peaks, 25 ans plus tard, sous la forme de 9 épisodes. Pourquoi ce nombre inhabituel? Parce que «la série ne doit pas être plus longue que le temps nécessaire pour raconter l'histoire, et c'est la durée sur laquelle nous sommes tombés d'accord», a précisé le scénariste Mark Frost au Hollywood Reporter, glissant au passage que le format Netflix (avec tous les épisodes disponibles d'un coup) ne lui convenait guère («Donnez aux gens un chapitre à la fois, pas tout le livre directement»).

On ne se risquera pas à lister ici toutes les questions restées sans réponse à l'issue de l'ultime épisode de la saison 2 (Beyond Life and Death), diffusé le 10 juin 1991 sur ABC, et du film prologue/épilogue, Fire Walk With Me, sorti en 1992. Le site TV Line en a compilé une quinzaine, et pour être honnête, leur non-résolution ne nous avait pas empêché de dormir – contrairement aux visions horrifiques distillées 39 épisodes durant.

Passé le relent nostalgique et la curiosité initiale, relancer une franchise «dramatique» évoque rarement de bons souvenirs: demandez aux fans de The X Files, déjà anéantis par les dernières saisons faiblardes de la série achevée en 2002, leur opinion sur le deuxième film sorti en 2008, et il est peu probable que l'enthousiasme soit au rendez-vous. David Duchovny y était d'ailleurs moins convaincant en Mulder qu'en flic travesti dans Twin Peaks, c'est dire.

La filmographie récente de David Lynch –inactif au cinéma depuis Inland Empire en 2006– se limitant à des courts métrages et des pubs, on ne compte pas les raisons pouvant inspirer la méfiance face à cette annonce calibrée pour vendre du coffret Blu-ray à la pelle.

Une création télévisuelle récente suffit néanmoins à apaiser (un peu) nos frayeurs. On fait ici référence à la série Fargo adaptée du film éponyme des frères Coen, visible en France sur Netflix et diffusée outre-Atlantique par la chaîne FX. Bien que difficilement comparable à Twin Peaks tant dans son format et son genre que dans son atmosphère, le film Fargo jouissait d'une aura de culte qu'on voyait difficilement compatible avec un projet de série tardive, peu importe la classe de son casting et la qualité de ses teasers.


Balayant nos craintes, la très réussie première saison de Fargo et son choix audacieux (attention, micro spoiler en vue) de lier directement la série au film –d'en faire le prolongement tardif en imaginant les conséquences de la fin du long métrage, en fait– ont prouvé que raviver sur petit écran une franchise adulée ne rime pas forcément avec déception.

Plutôt que de lever le voile sur tous les mystères restés en suspens pendant un quart de siècle, on se plaît donc à imaginer un traitement similaire pour ce retour à Twin Peaks: introduire de nouveaux personnages situés dans la même zone géographique et aux destins liés à la mythologie des saisons antérieures, sans pour autant déflorer à outrance les zones d'ombres inexplorées.

La tolérance parfois aveugle des fans hardcore de Lynch devrait quoi qu'il arrive jouer en sa faveur. On sera d'ailleurs peut-être les premiers à crier au génie si le premier épisode de Twin Peaks saison 3 se limitait à un plan fixe de 40 minutes montrant des sapins balayés par le vent, tant que le thème musical d'Angelo Badalamenti est de la partie.


Espérons que le tournage prévu pour 2015 se fasse dans la plus grande discrétion afin de ne pas éventer la direction choisie par le réalisateur de Blue Velvet et Elephant Man. Notons d'ailleurs que c'est lui-même qui mettra en scène les neuf épisodes de ce retour qu'on n'attendait plus.

Il ne reste plus qu'à patienter.

Alexandre Hervaud
Alexandre Hervaud (231 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte