Partager cet article

Pour son anniversaire, Vladimir Poutine se fait tirer le portrait en Hercule

Vladimir Poutine le 9 mai 2014.REUTERS/Alexei Druzhinin/RIA Novosti/Kremlin

Vladimir Poutine le 9 mai 2014.REUTERS/Alexei Druzhinin/RIA Novosti/Kremlin

Après Hercule chez Disney, voici Hercule dans un conte russe, ou presque. Pour son 62e anniversaire, Vladimir Poutine s’est vu offrir une galerie complète d’oeuvres d’art qui le représentent incarnant le célèbre héros de la mythologie grecque, rapporte le New York Mag.

Baptisée «Les 12 travaux de Poutine», l’exposition n’a duré que le temps de la soirée de lundi, à la veille de l’anniversaire du président de la fédération de Russie. Les oeuvres étaient montrées à l’Octobre rouge, une salle qui était autrefois le site d’une usine de chocolat. Et non, l’initiative ne serait pas le fruit de la mégalomanie de Poutine.

Il s’agit d’un cadeau de ses fans Facebook, et les images auraient été peintes par un collectif d’artistes anonyme. L’organisateur principal de l’événement, Mikhail Antonov, est diplômé de l’université de Moscou. Sur The Guardian, il explique avoir voulu redorer l’image du Président de la fédération de Russie:

«Nous dessinons une image différente de Poutine parce que les médias occidentaux le critiquent constamment, et nos médias l’attaquent aussi occasionnellement.»

La majorité des peintures présentées font référence à des événements de l’actualité. D'après le New York Mag, les fans expliquent sur Facebook que les épreuves surmontées par Hercule constituent une métaphore des actions politiques de leur «héros»:

«Les événements des légendes anciennes sur le héros mythologique Hercule peuvent être reliés à ce qui se passe de nos jours, alors que le chien à trois têtes Cerbère nous rappelle les Etats-Unis, l’anéantissement des oiseaux du lac Stymphale –le fait de stopper les raids aériens en Syrie, et le nettoyage des écuries d’Augias est le combat contre la corruption.»

Dans la série de peintures, on trouve aussi le lion de Némée, pour la lutte contre le terrorisme, la course contre la biche de Cérynie, en référence aux Jeux olympiques de Sotchi, la capture du Taureau de Crête, qui représente l’annexion de la Crimée, le domptage des juments de Diomède qui symbolise les contrats pour les navires de guerre français Mistral, ou encore les pommes du jardin des Héspérides, qui deviennent le soutien à l’accord de Minsk pour un cessez-le-feu en Ukraine.

Le photographe russe Evgeny Feldman, qui était présent à la soirée, note sur Twitter qu'«un des 12 travaux de Poutine est tombé au sol: la liquidation de l’oligarchie». Etant donné que les oligarches ne se sont pas élevés contre le Président de la fédération de Russie, cet exploit n’en est pas vraiment un.

Le public de l’exposition a surtout rassemblé des journalistes, mais les adeptes de Vladmir Poutine ne désespèrent pas d’arriver à lui faire cadeau de leurs oeuvres d’art.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte