Tech & internetScience & santé

Le skeuomorphisme est de retour: au secours?

Repéré par Léa Bucci, mis à jour le 06.10.2014 à 18 h 33

Repéré sur Fastcodesign

Timemachine sur Apple FHKE via Flickr CC License by

Timemachine sur Apple FHKE via Flickr CC License by

Si l’Apple Watch ne relance pas le port de la montre, elle signe en tout cas le retour du skeuomorphisme. Et à en croire Fastcodesign, ce n’est pas une bonne chose.

Le skeuomorphisme est un type de design web qui reproduit des éléments graphiques présents dans l’objet d’origine, mais de manière esthétique; par exemple, la corbeille sur le bureau de l’ordinateur qui a la forme… d’une corbeille à papier. Très présent dans les produits Apple mais qualifié de ringard, il avait perdu du terrain avec l’iOS 7, au profit du «flat design», plus minimaliste, dépourvu d’effets de profondeur et d’éléments décoratifs.

Pourtant, l’Apple Watch ressemble à une montre, alors qu’elle a plus à voir avec un ordinateur de poignet qu'avec une vieille tocante. Et cela, parce qu’il est plus simple d’apprendre aux gens à utiliser une nouvelle technologie si elle a l’apparence d’un objet qu’ils connaissent. Autrement dit:

«Alors que nous pourrions ne pas savoir comment interagir avec un ordinateur traceur de santé, monté sur le poignet, nous savons comment utiliser une montre.»

Pour Fastcodesign, le skeuomorphisme a perdu de son utilité avec le temps, puisque les individus ont appris à utiliser les smartphones. Pire, il est devenu de mauvais goût:

«C’est pourquoi Apple a finalement fini par passer à autre chose. Il y avait tellement de choses plus intéressantes à accomplir avec des pixels et des octets que simplement simuler les objets du monde réel. On pouvait forger des écoles de design entièrement nouvelles avec priorité sur le numérique.»

Le site souligne que le skeuomorphisme d’Apple est plus subtil qu’il ne l’a été par le passé, puisqu’il est présent à la fois dans l’interface numérique et dans la forme même de l’Apple Watch. En cela, il aide aussi la montre traditionnelle à se trouver un nouveau potentiel d’utilisation.

Pour Gizmodo, ce type de design n’avait jamais vraiment disparu. Et d’ailleurs, ce n’est pas souhaitable. Le site cite pour cela la théorie de James J. Gibson, selon laquelle les humains perçoivent leur environnement comme une série d’«affordances», des objets qui leur offrent des indices visuels sur ce qu’il est possible de faire.

Sur le même principe, le skeumorphisme permet d’aider le cerveau humain en tenant compte de ses failles, et ne sera jamais totalement inutile:

«Un bon design part du principe que les utilisateurs sont suffisamment intelligents pour s’en sortir sans artifice [...], mais il sait aussi comment utiliser les références culturelles à son avantage.

[...]Le skeumorphisme n’est pas un crime. C’est le langage que les designers humains ont écrit pour laisser les humains parler aux machines. Si son retour marque quelque chose, c’est le franchissement de nouvelles frontières technologiques, des territoires inexplorés dans lesquels nous avons besoin d’un peu d’aide pour naviguer.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte