Santé

Pour la quatrième fois de l'histoire, un couple se partage un prix Nobel

Temps de lecture : 2 min

May-Britt Moser et Edvard I. Moser (via Wikimédia Commons).
May-Britt Moser et Edvard I. Moser (via Wikimédia Commons).

Le prix Nobel de médecine 2014, attribué conjointement à l'Américain John O'Keefe et aux Norvégiens May-Britt Moser et Edvard I. Moser pour leurs travaux sur le cerveau, constitue une rareté: c'est seulement la quatrième fois dans l'histoire des Nobel qu'un couple se partage un prix, comme l'explique la page officielle de la distinction.

Les trois précédents étaient les Français Pierre et Marie Curie, en 1903, prix Nobel de physique pour leurs travaux sur la radioactivité (prix partagé avec un autre Français, Henri Becquerel); les Français Frédéric Joliot et Irène Joliot-Curie (fille des précédents), Nobel de chimie en 1935, là aussi pour des travaux sur la radioactivité; les Américains (originaire d'Europe centrale) Carl et Gerty Cori, Nobel de médecine en 1947 pour leurs travaux sur la glycémie.

S'y ajoute un cinquième cas un peu particulier et unique, celui des Norvégiens Gunnar et Alva Myrdal, lauréats à huit ans d'écart dans deux catégories différentes: le premier a remporté le prix Nobel d'économie en 1974; la seconde, le prix Nobel de la paix en 1982 pour sa lutte en faveur du désarmement. Ainsi que six «couples» père-fils et deux frères. La preuve que le Nobel est une affaire de famille!

Merci au blogueur Tom Roud, dont la question posée sur Twitter nous a donné envie de vérifier ce point.

Newsletters

Les insomnies peuvent-elles engendrer un déclin cognitif?

Les insomnies peuvent-elles engendrer un déclin cognitif?

Selon une nouvelle étude impliquant près de 1.800 participants, un manque de sommeil aigu à l'âge adulte participerait au développement de troubles de la concentration et de la mémoire.

Pourquoi certains gros fumeurs n'auront-ils jamais de cancer du poumon?

Pourquoi certains gros fumeurs n'auront-ils jamais de cancer du poumon?

Selon une récente étude, la réponse à cette question pourrait bien se trouver dans l'ADN.

Variole du singe: devons-nous craindre une nouvelle pandémie?

Variole du singe: devons-nous craindre une nouvelle pandémie?

Différents scénarios sont envisageables, qu'il importe de tous prendre en compte dès maintenant.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio