Monde / Tech & internet

Hong Kong: une carte des photos postées sur Instagram montre la physionomie du mouvement

Temps de lecture : 2 min

Sous l’œil des caméras, des appareils photo et des téléphones, la police porte un homme blessé lors des heurts à Hong Kong, le 3 octobre 2014 | REUTERS/Carlos Barria
Sous l’œil des caméras, des appareils photo et des téléphones, la police porte un homme blessé lors des heurts à Hong Kong, le 3 octobre 2014 | REUTERS/Carlos Barria

Le 28 septembre, Instagram disparaissait des radars en Chine, «après l’explosion de manifestations pro-démocratiques dans la région autonome à statut spécial de Hong Kong», écrivions-nous alors, en expliquant que cette disparition très contestée pouvait être un moyen de rendre la protestation encore plus visible.

Mais les photos déposés sur Instagram peuvent aussi être un moyen de sentir «le coeur et la portée» de ce mouvement protestaire, comme le souligne de son côté Vox.

Le site a repéré le travail de Tom Malmay, qui a croisé les clichés publiés sur Instagram depuis Hong Kong et le service de localisation des messages postés sur les réseaux sociaux Geofeedia pour réaliser cette carte:

«La carte vous montre quand et où les photos ont été réalisées, explique Vox. Si vous les faites défiler en utilisant le bouton en bas à droite de la carte, vous obtiendrez l'historique du mouvement sur le terrain, au fil des manifestations.»

Le site remarque par ailleurs que les clichés partagés sur Instagram ne sont pas forcément concentrés en un seul et même endroit symbolique de la contestation, comme la place Tahrir lors des mouvements égyptiens, ou le parc Zucotti pendant Occupy Wall Street:

«Ils semblent se situer au nord de l'île de Hong Kong, dans le quartier financier, et dans une moindre mesure, au niveau de Victoria Harbour, à la pointe Sud du continent, mais ne sont pas confinés dans un lieu public particulier.»

Pour Vox, cette dispersion est de nature à rendre le mouvement plus efficace, car moins exposé à la répression policière. Néanmoins, on peut se demander si cette carte reflète réellement la présence, sur le terrain, des manifestants. En effet ces derniers peuvent très bien géolocaliser manuellement, et comme bon leur semble, leurs clichés depuis un autre endroit que celui où ils ont vraiment été réalisés.

Reste que cette carte permet d'avoir un bon aperçu du mouvement sur le terrain, entre les tentes à même la chaussée, les nuées de téléphones portables qui illuminent la nuit, sans oublier les fameux parapluies, symbole médiatique de ces manifestations en faveur de la démocratie.

Jusque là sans heurt, le mouvement a compté ses premiers affrontements entre manifestants, contre-manifestants et forces de l'ordre ce samedi 4 octobre. L'AFP avance le chiffre de 19 arrestations.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Les autorités chinoises auraient sommé les protestataires de vider les rues d'ici lundi, écrit Le Parisien ce 5 octobre. Certains ont déclaré vouloir dégager l'accès à certains bâtiments officiels, afin de laisser les fonctionnaires reprendre le travail.

Newsletters

Pandémie forestière: l'espoir renaît dans les forêts tchèques

Pandémie forestière: l'espoir renaît dans les forêts tchèques

Les journalistes afghans se masquent en solidarité avec leurs consœurs

Les journalistes afghans se masquent en solidarité avec leurs consœurs

Les talibans exigent désormais que les journalistes femmes se dissimulent le visage.

«La fin du soviétisme, le début des problèmes»: en Moldavie, les Roms sont pro-Poutine

«La fin du soviétisme, le début des problèmes»: en Moldavie, les Roms sont pro-Poutine

La population rom est victime de la guerre en Ukraine comme aucune autre. Pour elle, l'ennemi est partout et le refuge nulle part.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio