Santé

La qualité et la quantité des spermatozoïdes baisse dès cinq verres d'alcool par semaine

Temps de lecture : 2 min

Alcohol and Ulcerative Colitis / Kimery Davis via Flickr CC License by
Alcohol and Ulcerative Colitis / Kimery Davis via Flickr CC License by

Selon une étude publiée dans le British Medical Journal, les jeunes hommes qui boivent régulièrement de l'alcool –même de façon modérée– ont des spermatozoïdes moins nombreux et de moins bonne qualité que ceux qui boivent très peu.

Des chercheurs de deux universités danoises ont relevé des échantillons du sperme de 1.221 Danois entre 18 et 28 ans alors qu'ils passaient un examen médical pour leur service militaire. Ils leur ont aussi demandé à quelle fréquence ils buvaient de l'alcool.

Les effets négatifs de l'alcool sur la fertilité étaient apparents à partir de cinq verres par semaine, mais beaucoup plus prononcés à partir de 25 verres par semaine. Pour les jeunes qui avaient l'habitude de boire environ 40 verres par semaine (soit environ cinq verres et demi par jour), le nombre de leur spermatozoïdes était 33% plus bas que celui des jeunes qui buvaient moins de cinq verres par semaine. De plus, le nombre de spermatozoïdes de taille et de forme normale était 51% moins élevé chez les gros buveurs.

Les jeunes Danois boivent plus que la moyenne des Européens, ce qui rend ces résultats particulièrement inquiétants pour le Danemark, explique le professeur de médecine Tina Kold Jensen.

La bonne nouvelle, c'est que Jensen et ses collègues pensent que cet effet négatif sur la fertilité pourrait être réversible. «On peut espérer que cet impact puisse être annulé en trois mois, car c'est le temps qu'il faut à un nouveau spermatozoïde pour arriver à maturité.» Mais pour en être sûr, il faudrait une étude qui suivrait ces jeunes sur le long terme.

Slate.fr

Newsletters

Regarder du porno n'est pas un problème

Regarder du porno n'est pas un problème

Des décennies de méfiance paranoïaque ont failli faire ranger l’addiction au porno parmi les pathologies officiellement incluses dans la Classification internationale des maladies. Heureusement, l’Organisation mondiale de la santé ne s’y est pas trompée.

«Quand je suis tombée malade, j’ai senti que mon corps ne pourrait pas endurer pire»

«Quand je suis tombée malade, j’ai senti que mon corps ne pourrait pas endurer pire»

Sur les 54 000 nouveaux cas annuels de cancers du sein, 10% touchent des femmes de moins de 40 ans. L’association Jeune et Rose leur est dédiée.

À New York, les accouchements prématurés ont augmenté depuis l'élection de Trump

À New York, les accouchements prématurés ont augmenté depuis l'élection de Trump

En particulier chez les femmes immigrées.

Newsletters