Culture

[VIDÉO] Ce qui fait de David Fincher un grand réalisateur, c'est aussi ce qu'il ne fait pas

Temps de lecture : 2 min

Avec la sortie imminente de son dernier film, Gone Girl (ce vendredi 3 octobre aux États-Unis, mercredi 8 en France), le moment semble idéal pour se familiariser avec le style exigeant de David Fincher. Si sa virtuosité technique est souvent considérée comme un fait acquis, le vidéaste Tony Zhou a déployé ses talents de monteur pour identifier ce qui rend ses films tellement frappants dans un paysage dévasté par Michael Bay.

Ses réponses sont lumineuses: Fincher, affirme-t-il, se définit presque autant par les techniques qu'il utilise rarement voir jamais –la caméra à l'épaule, par exemple– que par celle auxquelles il a fréquemment recours. Comme un poète employant une versification précise, le réalisateur raconte ses histoires puissantes de pouvoir et de persuasion à l'intérieur de limites qu'il a lui-même fixées.

Zhou montre également comment une scène bien dirigée montrant trois personnes en train de discuter peut se révéler aussi prenante que n'importe quelle scène d'action. Et fans de Fincher, restez jusqu'à la fin: le réalisateur a un mot gentil pour ses spectateurs les plus fidèles.

Newsletters

Splendeurs et misères d'«Illusions perdues»

Splendeurs et misères d'«Illusions perdues»

La brillante adaptation du chef-d'œuvre de Balzac par Xavier Giannoli réussit l'évocation d'une époque passée en suggérant le présent, mais surenchérit sur la noirceur au risque d'un dangereux déséquilibre.

«Succession» nous rapproche de l'expérience collective de «Game of Thrones»

«Succession» nous rapproche de l'expérience collective de «Game of Thrones»

Cette semaine, la grand-messe des séries. 

«Venom 2»: ils ont quand même réussi à faire pire que le premier

«Venom 2»: ils ont quand même réussi à faire pire que le premier

L'ennemi de Spider-Man, qui s'est retrouvé par miracle star de son propre film, a droit aujourd'hui à une suite. Et c'est comme l'adolescence, un peu moche, bête et pas toujours satisfaisant. 

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio