Après Apple et Google, Facebook se penche aussi sur notre santé

 «Facebook business» par smemon | FlickR licence cc by

«Facebook business» par smemon | FlickR licence cc by

C'est une information donnée à Reuters par «trois personnes familières du sujet», qui ont souhaité garder l'anonymat dans la mesure où le projet «est toujours en développement». Facebook serait sur le point de se lancer dans le secteur de la santé. 

La société réfléchirait au lancement de «"communautés de soutien" qui connecteraient les utilisateurs de Facebook souffrant de différents maux», explique Reuters, mais aussi à des «applications "de soins préventifs" qui aideraient les gens à améliorer leurs modes de vie».

Toujours selon l'agence de presse britannique, Facebook aurait multiplié les réunions avec des experts et des entrepreneurs de l'industrie médicale, et serait même en train de mettre sur pied une équipe de «recherche et développement pour tester de nouvelles apps de santé».

Facebook rejoindrait donc le train en marche, déjà bien occupé par ses deux principaux concurrents: Google et Apple. Pour rappel, le premier cherche à contrer le vieillissement, notamment via Calico, une société lancée avec force communication («Est-ce que Google peut battre la mort?» en une du Time)  il y a tout pile un an; quand le second vient de lancer son «Health Kit», censé tracer et collecter tout un tas de données sur notre rythme cardiaque, notre glycémie –entre autres réjouissance.

Sur ce nouveau terrain de la santé et du bien-être, de plus en plus phagocyté par le secteur numérique, Apple aurait même déjà pris le temps de collaborer avec les compagnies d'assurances américaines, à en croire des informations de Bloomberg, que nous relayions il y a quelques semaines.

L'intrusion des géants du web dans un secteur aussi sensible que la santé ne va évidemment pas sans poser quelques questions, notamment au niveau de la confidentialité de nos données.

Mais Facebook, dans le viseur des défenseurs de la vie privée depuis des années, aurait trouvé la solution pour faire passer la pilule. A en croire Reuters, l'entreprise songerait tout simplement à lancer sa première application de santé «discrètement et sous un nom différent»:

«Des études de marché commissionnées par Facebook ont trouvé que nombre de ses utilisateurs n'étaient pas conscients que le service de photos Instagram était détenu par Facebook, selon une des sources de Reuters.»

Mettre de côté le problème de la vie privée en se faisant tout simplement oublier. Génie.

Partager cet article