Culture

Art ou commerce? Petite réflexion sur l'art graphique en France

Elodie Palasse-Leroux, mis à jour le 23.10.2014 à 14 h 25

Pierre Vanni, couverture pour le New York Times Style, 2009, DR.

Pierre Vanni, couverture pour le New York Times Style, 2009, DR.

Après l'exposition «French Touch», le musée des Arts Décoratifs réunit huit graphistes français contemporains dont les posters, performances, vidéos, photographies, installations, bandes dessinées illustrent une question: une œuvre personnelle possède-t-elle la même valeur qu'une œuvre de commande? Ou vice et versa. En bref, c'est «Recto-Verso».

Fanette Mellier, Papillon imprimeur, une Saison graphique, Le Havre, 2013

Fanette Mellier, Spécimen, Pôle graphisme de Chaumont, 2009. DR.

Par définition, l'oeuvre graphique liée à une commande (une affiche, une couverture de magazine, un encart publicitaire...) s'oppose à la notion d'oeuvre d'art. Dans la réalité, les contre-exemples sont pléthore, de la Goulue de Toulouse-Lautrec à la ventrue bouteille de Perrier revue par Andy Warhol.

Mais alors, Akatre, Jocelyn Cottencin, Helmo, Christophe Jacquet, Fanette Mellier, Mathias Schweizer, Pierre Vanni et Vier5 doivent-ils être considérés comme des «techniciens de la communication» ou comme des artistes?

Akatre, Aïe, 2013. DR

Christophe Jacquet, Affiche, 2011. DR.

C'est seulement depuis une quinzaine d'années que le design graphique est parvenu à se défaire de son étiquette purement «commerciale». Le graphisme n'est plus la pratique corollaire d'enjeux économiques et culturels, mais un espace de «communication visuelle» hybride qui invite volontiers l'art contemporain et l'expérimentation, se déclinant sur une multitude de supports. 

Mathias Schweizer, Smoke, réalisée dans le cadre des Nuits Sonores, 2009. DR.

Peut-être trouverez-vous une réponse en fin de visite? Mais qu'importe, la question servant de prétexte à la mise en abyme entre ouvrage de commande ou personnel, entre arts appliqués et beaux-arts. Une finalité soulignée par la conservatrice des collections «Publicité» du musée, Amélie Gastaut: «la porosité [de ces pratiques] participe à terme à construire un seul et même univers artistique et plastique».

«Recto-Verso» 

Aux Arts Décoratifs, jusqu'au 1er février 2015

Voir le site

 

Elodie Palasse-Leroux
Elodie Palasse-Leroux (67 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte