Tech & internet

La carte des 4,4 milliards de personnes sans Internet

Temps de lecture : 2 min

Carte du Washington Post
Carte du Washington Post

Un monde hyperconnecté, une société de la communication et des échanges... A force de le lire et de l'écrire, on aurait tendance à croire que cette hyper présence est valable pour tout le monde. Sauf qu'il n'en est rien: près de 4,4 milliards de personnes restent sans accès à Internet, selon la dernière étude du cabinet McKinsey & Company. Soit plus de 60% des quelque 7,125 milliards d'humains dénombrés sur la planète en 2013, à en croire les chiffres de la Banque mondiale.

Des résultats que le Washington Post a transposés en une carte, sur laquelle l'Asie et l'Afrique apparaissent nettement comme les continents les plus lésés. Le journal américain détaille:

«L'Inde est le foyer de près d'un quart de la population mondiale hors-ligne; la Chine de plus de 730 millions [de personnes sans Internet]; l'Indonésie de 210 millions, le Bangladesh de près de 150 millions [...].»

A ce décompte, il faut ajouter des pays tels que l'Ethiopie, la Tanzanie ou la République démocratique du Congo, dans lesquels plus de 90% de la population est déconnectée. L'une des conséquences logiques de territoires dépourvus d'infrastructures, non seulement de télécommunications, mais aussi de première nécessité: santé, éducation, électricité...

Le Washington Post rappelle néanmoins qu'un pays tel que les Etats-Unis fait aussi partie du palmarès, avec «50 millions de personnes qui n'utilisent pas Internet». Parfois par choix, mais aussi en raison des inégalités sociales, qui entraînent la fameuse fracture numérique.

Pour les géants du Net, ces 4,4 milliards de personnes déconnectées représentent par ailleurs un très grand nombre de clients potentiels. Le prochain marché à conquérir même.

Facebook et Google, par exemple, y songent déjà très sérieusement: le premier avec son projet Internet.org (auquel se sont associées d'autres entreprises du secteur); le second avec son projet Loon, qui projette de déployer un réseau sans fil à l'aide d'une ribambelle de ballons géants, connectés entre eux et une antenne posée au sol.

Des initiatives dont nous vous parlions en février dernier, par ailleurs très vertement critiquées par un autre gourou du secteur, un certain Bill Gates:

«Si vous mourez de malaria, je ne suis pas certain que ce ballon [de Google] vous aidera. Quand un enfant a la diarrhée, aucun site web ne peut le soulager.»

Slate.fr

Newsletters

Cette directrice d’école lit une histoire du soir à ses élèves via Facebook live

Cette directrice d’école lit une histoire du soir à ses élèves via Facebook live

Les «Tucked-in Tuesdays» de Belinda George connaissent un grand succès.

N'interagissez pas avec les marques sur Facebook, vous risqueriez de le regretter

N'interagissez pas avec les marques sur Facebook, vous risqueriez de le regretter

Un projet de recherche a mis en évidence que les internautes rencontrent plus d’expériences négatives avec du contenu promotionnel que dans le cadre d’interactions interpersonnelles.

Tinder, la compétition qui a réveillé mes pires souvenirs d'enfance

Tinder, la compétition qui a réveillé mes pires souvenirs d'enfance

Slate publie les bonnes feuilles de «L'amour sous algorithme», de Judith Duportail.

Newsletters