Monde / France

«Juifs et musulmans ont beaucoup de choses en commun»: revivez l'émission «Politique», sur France 24

Temps de lecture : 2 min

Pour son second numéro, le magazine hebdomadaire de France 24 Politique, diffusé tous les jeudi à 17h10 et coanimé par Roselyne Febvre (France 24) et Jean-Marie Colombani (Slate.fr), accueillait Jean-François Bensahel, président de l’Union libérale israélite de France, et Tarek Oubrou, imam de Bordeaux. D’une durée de 45 minutes, ce rendez-vous passe au crible tous les dossiers brûlants de l’actualité en France et dans le monde.

Après le tumulte né de l'assassinat d'Hervé Gourdel en Algérie, Tarek Oubrou a appelé la France à «ne pas tomber dans la tentation de l'essentialisation des communautés» et a pointé les convergences entre l’islam et le judaïsme:

«Il y a une croyance en un Dieu agissant, communiquant. Des valeurs communes: la paix, la prière, le travail sur soi... On a beaucoup de choses en commun, avec bien sûr des différences théologiques.»


Jean-François Bensahel a de son côté souligné que les départs de Français de confession juive pour Israël avaient plus que doublé («On ne peut pas ne pas voir derrière la peur de certains endroits où il est difficile d'être juif») mais a estimé que «ce n'est pas en quittant le bateau qu'on arrangera la situation du bateau, ni nécessairement la nôtre». Il a aussi qualifié l’islam comme le judaïsme de «religions de la non-violence», dont les pratiquants doivent «faire résonner les textes»:

«Si on ne croit pas que l'éclairé peut éclairer l'obscurantisme, il n'y a plus qu'à rentrer chez soi dormir.»

Slate.fr

Newsletters

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Les fondations du milliardaire-philanthrope américano-magyar quittent Budapest où elles travaillaient depuis 1984. Un départ accéléré par vingt-quatre mois d’intense campagne gouvernementale anti-Open Society.

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Newsletters