Monde / France

«Juifs et musulmans ont beaucoup de choses en commun»: revivez l'émission «Politique», sur France 24

Temps de lecture : 2 min

Pour son second numéro, le magazine hebdomadaire de France 24 Politique, diffusé tous les jeudi à 17h10 et coanimé par Roselyne Febvre (France 24) et Jean-Marie Colombani (Slate.fr), accueillait Jean-François Bensahel, président de l’Union libérale israélite de France, et Tarek Oubrou, imam de Bordeaux. D’une durée de 45 minutes, ce rendez-vous passe au crible tous les dossiers brûlants de l’actualité en France et dans le monde.

Après le tumulte né de l'assassinat d'Hervé Gourdel en Algérie, Tarek Oubrou a appelé la France à «ne pas tomber dans la tentation de l'essentialisation des communautés» et a pointé les convergences entre l’islam et le judaïsme:

«Il y a une croyance en un Dieu agissant, communiquant. Des valeurs communes: la paix, la prière, le travail sur soi... On a beaucoup de choses en commun, avec bien sûr des différences théologiques.»


Jean-François Bensahel a de son côté souligné que les départs de Français de confession juive pour Israël avaient plus que doublé («On ne peut pas ne pas voir derrière la peur de certains endroits où il est difficile d'être juif») mais a estimé que «ce n'est pas en quittant le bateau qu'on arrangera la situation du bateau, ni nécessairement la nôtre». Il a aussi qualifié l’islam comme le judaïsme de «religions de la non-violence», dont les pratiquants doivent «faire résonner les textes»:

«Si on ne croit pas que l'éclairé peut éclairer l'obscurantisme, il n'y a plus qu'à rentrer chez soi dormir.»

Newsletters

Dans la lutte contre le coronavirus, Cuba s'impose comme un allié de choix

Dans la lutte contre le coronavirus, Cuba s'impose comme un allié de choix

La médecine cubaine est aujourd'hui appelée à la fois à protéger la population de l'île face au Covid-19 et à aider divers pays étrangers, dont l'Italie et la France.

Migration: quand le stigmate change de camp

Migration: quand le stigmate change de camp

Le cas des Européen·nes bloqué·es ou expulsé·es de pays étrangers nous invite à réfléchir au sens profond de la liberté de circulation.

Dans les camps de réfugiés rohingyas, on redoute l'arrivée du Covid-19

Dans les camps de réfugiés rohingyas, on redoute l'arrivée du Covid-19

Avec près de 40.000 personnes par kilomètre carré, la propagation du virus serait un désastre.

Newsletters