Monde

La France partisane dans l'élection gabonaise?

Temps de lecture : 2 min

Les élections gabonnaises approchant, la question du rapport de la France au pays du défunt Omar Bongo se pose.

Le poids de Paris à Libreville est important, avec sa base militaire, Total, l'amitié passée d'Omar Bongo avec Jacques Chirac et les caciques de la Françafrique. Officiellement Paris n'a pas son candidat, mais Robert Bourgi, le nouveau Monsieur Afrique qui succède à Jacques Foccart, a déclaré qu'à titre personnel, il soutenait Ali Bongo. Pas de candidat officiel pour Paris — mais Robert Bourgi est le conseiller de Nicolas Sarkozy pour l'Afrique.

Alors que Nicolas Sarkozy avait vainement promis une rupture dans la politique Franco-africaine, les élections gabonaises seront un test pour savoir si la France parvient à se cantonner à une certaine neutralité.

[Lire l'article complet sur Rue89]

Image de une:Reuters, Ali Bongo lors des funérailles de son père, le 16 juin 2009 à Libreville

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr


Slate.fr

Newsletters

Un Néo-Zélandais amène un clown à son entretien de licenciement

Un Néo-Zélandais amène un clown à son entretien de licenciement

Un publicitaire a embauché un clown professionnel pour égayer son licenciement.

Le Sharpiegate, le jeu des sept erreurs à la Maison-Blanche

Le Sharpiegate, le jeu des sept erreurs à la Maison-Blanche

Trump ne se trompe jamais (vos paupières sont lourdes).

À Sidi Bouzid, le rêve démocratique s'est brisé

À Sidi Bouzid, le rêve démocratique s'est brisé

Neuf ans après la chute de Ben Ali, la Tunisie vote le 15 septembre pour sa deuxième élection présidentielle libre. Mais dans le berceau du printemps arabe, on ne croit plus vraiment à la politique.

Newsletters